panthera

Dépistage cannabis qu'en est il?

Recommended Posts

panthera

salut

 

 

 

Je vais résumé le fruit de mes recherches concernant les controle pour essayer de remettre un peu d'ordre à tous ce qui est dit sur le sujet...

 

 

Préambule

 

Depuis le 29 juillet 1991, une directive eurropéennes précise que le permis de conduire ne doit pas être délivré ou renouvelé à tout candidat ou conducteur en état de dépendance vis-à-vis de substances à action psychotrope ou qui, sans être dépendant, en abuse régulièrement, et après la publication d’un Livre Blanc sur les effets des drogues et des médicaments sur la sécurité routière qui propose d’organiser la recherche de stupéfiants dans des accidents, plusieurs lois ont été votées en France.

 

 

En France:

 

 

Les conditions et modalités de dépistage ont alors été précisées

 

Les dépistages réalisés à grande échelle peuvent être utilisés dans un but épidémiologique pour établir un lien de causalité éventuelle entre la responsabilité d’accident et l’usage de stupéfiants sur une population de conducteurs,mais ils peuvent également être utilisés dans un but répressif avec sanction judiciaire, selon une appréciation individualisée des résultats des analyses biologiques effectuées.

 

 

 

La loi Gayssot du 18 juin 1999

 

 

Prévoit la recherche systématique de stupéfiants chez tous les conducteurs impliqués dans un accident immédiatement mortel de la circulation.

Son entrée en vigueur est devenue effective depuis le 1eroctobre 2001.

 

Cette loi programme en particulier une étude épidémiologique portant sur les accidents pendant la période du 01/10/2001 au 01/10/2003

 

(coordonnée par l’OFDTet réalisée par un consortium de recherche : Inrets-Ceesar-Inserm, sous la responsabilité de B. Laumon).

 

Cette étude repose sur l’application des textes réglementaires qui fixent les dispositions de la recherche des stupéfiants d’une part et celle de l’état alcoolique d’autre part.

 

Elle identifie donc les étapes, les acteurs et les tâches à réaliser.

 

La loi du 15 novembre 2001

 

Autorise les officiers de police judiciaire à faire procéder surtout conducteur impliqué dans un accident corporel à des épreuves de dépistage de stupéfiants.

 

 

La loi Dell’Agnola du 3 février 2003:

 

Institue un délit spécifique de conduite après usage de stupéfiants et étend les circonstances de L’usage problématique de dépistage de ces produits.

 

Le fait de refuser de se soumettre aux vérifications constitue un délit.

 

Cette loi soumet aussi au dépistage les accompagnateurs d élèves conducteurs et s applique à tout cas d’accident corporel où il y a présomption d’usage de stupéfiants cannabis

 

(numéro spécial Toxibase - Cripsrevue Toxibase no12 - lettre du Crips no70)

 

 

LES EPREUVES DU DEPISTAGE

 

Elles consistent à détecter rapidement, à partir d’un recueil urinaire, la présence d’un ou plusieurs produits appartenant aux quatre familles suivantes:

 

-Cannabis

-Amphétamines

-Cocaïne

-Opiacés

 

Le dépistage est pratiqué par un médecin préalablement requis par un agent ou un officier de police judiciaire.

La procédure doit se dérouler dans un établissement public médical accueillant des urgences ou à défaut dans un cabinet médical de ville.

 

Les tests urinaires rapides doivent répondre à certaines spécifications techniques prédéfinies, dont notamment les seuils minima de détection. La lecture du résultat est immédiate.

 

Une copie du résultat est remise sur le champ au conducteur pour l’informer du caractère négatif ou positif du test urinaire.

 

Lorsque le dosage urinaire est positif pour l’une au moins des quatre familles de produits stupéfiants ou lorsque les épreuves de dépistage sont impossibles (décès ou refus), des analyses et examens complémentaires sont pratiqués pour établir la preuve de conduite après usage de l’un de ces produits.

 

Ils comprennent:

 

-Examen clinique

-Prélèvement biologique (sanguin)

-Recherche et du dosage des stupéfiants et de médicaments psychoactifs subordonnés à la présence de stupéfiants.

 

Chaque prélèvement sanguin est réparti en deux flacons conservés dans les mêmes conditions, le deuxième devant servir en cas d’une demande de contrôle.

Les prélèvements biologiques sont analysés par des personnels compétents, dans des laboratoires équipés spécifiquement qui respectent des conditions juridiques et techniques préa-lablement fixées (suivies par l’AFSSAPSenclair).

 

Le résultat des analyses est ensuite transmis au procureur de la République du lieu de l’accident. Le résultat ne sera connu de la personne qu’en cas de poursuites, son avocat pouvant consulter le dossier.

 

 

 

METHODE DE DEPISTAGE

 

Pour mettre en évidence un usage de cannabis, deux méthodes sont à distinguer:

 

-les méthodes de dépistage utilisées dans un but d’orientation

-les méthodes de dépistage de confirmation et de dosage.

 

Des techniques immuno chimiques permettent une détection rapide du cannabis uniquement dans les urines car elles sont peu sensibles et peu spécifiques en général.

Mais certains tests de dépistage commercialisés actuellement présentent une assez bonne fiabilité en termes de spécificité et de sensibilité.

 

En revanche, bien que le ∆9-THC puisse être dépisté dans la salive et la sueur, aucun dispositif fiable pour des contrôles de routine sur route n’est encore disponible.

Seules des méthodes séparatives, chromato-graphiques telle la chromatographie en phase gazeuse avec détection par spectrométrie de masse (CPG-SM), peuvent confirmer une consommation de cannabis.

 

Seul le sang analysé par CPG-SM permet de différencier les principes actifs des métabolites inactifs, d’effectuer parallèlement une analyse quantitative, d’estimer le temps écoulé entre le moment dela dernière consommation et celui de la prise de sang.

 

C’est la seule méthodologie acceptable dans tout contexte médico-légal incluant les accidents de la voie publique.

 

 

Conclusion:

 

 

Le double objectif du dispositif législatif actuel,recherche de preuve scientifique avec étude épidémiologique et éléments biologiques pour établir des sanctions individuelles, introduit une période d’ambiguïté dans les pratiques et invite à des recommandations de précaution, vis-à-vis des professionnels de la prévention enaddictologie et de leurs publics

 

 

Sources: Françoise Facy, Marie-Berthe Biecheler-Fretel, Myriam Rabaud50L’usage problématique de cannabis / numéro spécial Toxibase - Cripsrevue Toxibase no12 / lettre du Crips no70

 

 

 

Voilà cela evitera pas mal de topic

Veuillez desormais réagir ici pour toutes questions relatives à ce sujet

 

 

:-P

 

 

 

La panthere

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Toutancarton

Salut la Panthère,

 

 

Merci pour ces utiles précision !

 

A noter que dans la foulée du vote de la loi de ce gros connard de Dell Agnola (dans un contexte très 'émotif'- suite à un accident mortel provoqué par deux abrutis qui avaient fumé), a été publié le rapport SAM qui a démontré que le sur-risque lié à une consommation (modérée!) de cannabis, n'est pas supérieur à celui de la dose légale (0.5) d'alcool.

 

Pourtant, dans un cas, on ne risque rien, dans l'autre, une forte amende, le retrait de permis, voire de la prison.

 

Je ne dis pas que fumer n'est pas dangereux, mais qu'il y a deux poids deux mesures, à cause de ces politicards de merde qui réagissent sans aucun recul à des faits divers, histoire de justifier leur position (et leurs salaires).

 

Votez pas pour Dell Agnola,

 

Dell Agnola, t'es foutu , les weedeurs sont dans la rue.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
rosebud

Hello,

merci Panthera pour ces infos objectives...y'a bien que mon vélo pour s'en réjouir...++

Share this post


Link to post
Share on other sites
panthera

salut

 

 

Onn en parlait en novembre depistage essai region centre et bien nous y voilà

 

Depuis la mise en place des zones test ils devraient generaliser les controles d'ici fin 2007 debut 2008

 

La France sera le premier pays à se doter de ces contrôles de salive qui permettent de détecter immédiatement la présence de stupéfiants.

 

LA FRANCE est sur le point de se doter d’un test de dépistage instantané de consommation de drogue au volant. L’objectif premier est de lutter contre les ravages du cannabis chez les jeunes conducteurs.

 

 

Dans la plus grande confidentialité, des tests salivaires permettant de systématiser ce type de contrôles sont en cours d’élaboration et devraient être au point d’ici à la fin de l’année. Une petite révolution technique, qui entrera en vigueur fin 2007, début 2008 et permettra de ne plus recourir au fastidieux test urinaire, aujourd’hui utilisé pour détecter l’usage de stupéfiants lors des contrôles routiers. La France deviendra alors le premier pays à généraliser l’usage de ce procédé sur tout son territoire.

 

 

Entreprises en lice

 

 

Pour l’heure, le modèle définitif n’est pas encore choisi. Des expérimentations sont en cours pour affiner différents produits en compétition. Selon nos informations, moins de cinq entreprises, toutes étrangères, resteraient en lice pour arracher ce marché juteux dans le cadre d’une procédure dite "de dialogue compétitif», organisée depuis un an et demi par la direction générale de la police nationale.

 

«Cette procédure permet à la police et à la gendarmerie d’exprimer leurs besoins en même temps que le projet s’élabore. Cela permettra d’obtenir un produit parfaiteme nt adapté» , souligne le commissaire Olivier Fohanno, chef du centre technique de la sécurité intérieure, qui pilote les opérations.

 

 

Ce que réclament les forces de l’ordre est un kit facile d’usage. Concrètement, la salive sera re­cueillie au moyen d’une tige ou d’une languette en plastique. Le résultat s’affichera au bout de quelques minutes. Ce procédé s’annonce donc bien plus simple que le test urinaire, qui exige la présence d’un médecin et l’installation en bordure de route d’un camion médicalisé. «Autant de contraintes qui freinent les contrôles» , admet le colonel Jean-Robert Bauquis, de la direction générale de la gendarmerie nationale.

 

 

L’autre aspect essentiel pour les forces de l’ordre est la fiabilité des tests. «Il faut qu’il n’y ait aucune marge d’erreur possible» , souligne un expert, notant que cette exigence est loin d’être atteinte à l’étranger. Plusieurs études européennes font en effet apparaître que divers prototypes auraient une sensibilité faible au cannabis. À ce jour, des tests salivaires sont utilisés dans certains Lander allemands ou encore sur une partie du territoire des États-Unis.

 

 

Pour apprécier l’efficacité des modèles français en cours d’élaboration, deux expériences ont été menées auprès d’automobilistes en région parisienne et en région Centre.

 

Mais le vrai test aura lieu cet été dans plusieurs régions, ultime étape avant que soit choisi le nom de la société emportant le marché. La décision interviendra en novembre. «Les enjeux économiques sont de taille. Celui qui raflera le contrat pourrait conquérir d’autres marchés», glisse-t-on à la gendarmerie nationale.

 

 

Côté sécurité routière, l’adoption du test salivaire permettra d’augmenter les contrôles. Toutefois, et pour des raisons de coût, leur nombre n’atteindra pas ceux menés pour le dépistage de l’alcool. Le test salivaire (entre 10 et 20 euros au prix public), comme pour le test urinaire (3 euros), sera obligatoirement suivi d’une prise de sang estimée à 216 euros. «On envisage de tripler les contrôles », indique un connaisseur de dossier.

 

 

En 2006, 30 392 dépistages de produits stupéfiants ont été pra­tiqués, donnant lieu à 8 865 pro­cès-verbaux pour des infractions constatées. En 2008, plus de 100 000 contrôles pourraient donc être organisés, en priorité tournés vers les jeunes, grands consommateurs de cannabis et principales victimes des effets de la drogue au volant.

 

 

Une étude de 2005, dite SAM (stupéfiants et accidents mortels) avait estimé à 230 le nombre de personnes tuées dans des accidents liés à la consommation de stupéfiants. La moitié avait moins de 25 ans.

La France sera le premier pays à se doter de ces contrôles de salive qui permettent de détecter immédiatement la présence de stupéfiants.

 

 

 

le figaro

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut!

 

 

Franchement ca craint si c'est mis en place! J'ai entendu sur France Info un scientifique qui était interviewé, et qui expliquait qu'il n'y a actuellement aucun test salivaire fiable pour le cannabis. Il existe apparement un groupe de chercheurs des différents pays de l'UE qui planchent sur un test salivaire rapide et fiable et qui testent aussi les produits proposés par des firmes privées. D'après ce chercheur il n'y aucun test fiable actuellement, et il y en a tout le temps des nouveaux qui sortent car celui qui décrochera le marché se fera des couilles en or.

 

D'après cette personne ces tests ne seront pas généralisés car non fiables, mais je n'y crois pas, ca serait dans la ligne actuelle de faire de la com' avec des résultats foireux derrière.

 

++

Share this post


Link to post
Share on other sites
norelious

bonsoir a tous

 

mon cousin s'est fait contoler il y a quelque mois,en fait les flic l'ont emmener directement dans un hopital ou il lui ont fait faire une analyse d'urines qui s'est révélée positive donc il lui ont fait une prise de sang.

resultat:8 nanogrammes par litre de sang alors que la normes est de 0.5 nano...

il a écoper d'une peine de 3 mois de retrait de permis assorti d'un retrait de 6 points plus une bonne ammende.

je trouve ca abusé car il navait que très peu fumé juste avant de prendre le volant,son taux élevé n'est du qu'a une consommation journalière...

je pense que le dépistage du cannabis serait équitable avec des moyen qui permetrait de determiner le moment de la consomation et surtout son degrès d'influence sur la conduite des usager

 

norel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ashoka

Il avait fait quelque chose de particulier pour être emmené à l'hosto???

 

je trouve ca abusé car il navait que très peu fumé juste avant de prendre le volant,

Alors ça franchement c'est du niveau "t'inquiete jsuis un peu bourré mais je gère".

Pourquoi il a fumé? pour l'effet procuré non?

donc si on est sous l'effet on doit pas conduire.

 

Après il est vrai reste le gros problème de se faire choper à 18h en rentrant du boulot, a cause du joint fumé la veille.

 

ciaO

Share this post


Link to post
Share on other sites
norelious

moi je pense pas que fumé la moitié d'un pet avant de conduire augmentera vraiment tes chances d'avoir un accident...

je sais pas si tu conduit,mais moi ça va faire trois ans que j'ai le permis et j'ai jamais eu d'accident aprés avoir fumé...

 

enfin,moi,jle voit comme ça

 

thuss

Share this post


Link to post
Share on other sites
norelious

et pour l'hosto,franchement c'était juste une controle un soir le flic lui a demandé si il avait consommé,mon cousin lui dit non et l'autre lui a dit;on va vérifié ça

Share this post


Link to post
Share on other sites
hakar

Bah tout dépend la weed (qualité/quantité) que tu aura mis dans ce joint, une moitiée de join peut faire mal surtout avant de conduire, ça peut te distraire ou te chauffer, dans tout les cas faut éviter...

 

Sinon j'espère que notre plante magique leurs donnera un maximum de difficultée :-P

 

ps: je mettait pris un terre-plein (truc au milieu de la route) parceque je regardai un match de rudby au bord de la route, en pleine ligne droite a 90km/h, donc oui ça distrait lol (et l'alcool c'est pire d'ailleur)

Share this post


Link to post
Share on other sites
mouzni

Déja je suis bien daccord avec Ashoka : quand tu fumes tu prend pas le volant ou bien tu l'assume

 

bonsoir a tous

je pense que le dépistage du cannabis serait équitable avec des moyen qui permetrait de determiner le moment de la consomation et surtout son degrès d'influence sur la conduite des usager

 

Ce qui c'est passé pour ton cousin me semble tout a fait normal:

test urinaire positif --> fumeur , mais on ne sait pas quand la dose a été prise.

 

prise de sang --> permet de savoir si l'utilisateur est sous l'effet du cannabis.

 

Si le joint à été fumé la veille, le test de la prise de sang sera negatif et le lien entre consomation et conduite ne pourra etre effectué

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ashoka

+1 mouzni

 

moi je pense pas que fumé la moitié d'un pet avant de conduire augmentera vraiment tes chances d'avoir un accident...

Déjà une moitié de pet ca veut vraiment rien dire, et puis encore une fois ca se rapproche du "aucun risque je tiens l'alcool moi".

Et puis je me répete mais pour faire clair:

Pourquoi il a fumé une moitié de pet?

Pôur être défoncé non?

--> défoncé=bourré= on conduit pas.

 

je sais pas si tu conduit,mais moi ça va faire trois ans que j'ai le permis et j'ai jamais eu d'accident aprés avoir fumé...

tu veux une médaille?

Des mecs qui conduisent 1 samedi soir sur 2 completement bourré et qui n'ont pas encore eut d'accidents yen a aussi.

ca veut dire qu'ils ne sont pas dangereux?

 

Tout ça c'est des raisonnements du type:

j'ai déjà joué à la roulette russe et j'en suis pas mort,

conclusion: la roulette russe c'est pas dangereux, ya aucun risque, la preuve je suis la

 

Cordialement

 

ciaO

Share this post


Link to post
Share on other sites
mrpolo

Bonjour à vous

merci mouzni pour la relation entre les tests et la consommation de cannabis

test urinaire positif --> fumeur ' date=' mais on ne sait pas quand la dose a été prise.

 

prise de sang --> permet de savoir si l'utilisateur est sous l'effet du cannabis.

 

Si le joint à été fumé la veille, le test de la prise de sang sera negatif et le lien entre consomation et conduite ne pourra etre effectué [/quote']

 

j'aimerai donc apporter une pierre à ce topic en commençant par les tests salivaires : seuil de détection de 12 ng/ml jusquà 14 heures après

ma source

Un résultat positif ne donne ni renseignements sur la concentration de la drogue ni sur le type de consommation de drogue. ;) (en bas de la page)

 

mais je suis aussi tombé sur un article interressant de l'IACM (grâce aux liens de ce cher Viking)

Science: après une dernière prise, une consommation régulière de cannabis ne peut être dépistée aussi longtemps que supposé jusqu’alors.

article IACM

 

Voilà j'aurai essayé de rassurer un peu les conducteurs pour les délais de détection

Ne fumez pas avant de prendre le volant svp

edit: un autre topic donne quelques trucs pour les tests d'urine par ici

bonne lectures à tous

Share this post


Link to post
Share on other sites
RobinWeed

Salut,

+1 mouzni

 

moi je pense pas que fumé la moitié d'un pet avant de conduire augmentera vraiment tes chances d'avoir un accident...

Déjà une moitié de pet ca veut vraiment rien dire' date=' et puis encore une fois ca se rapproche du "aucun risque je tiens l'alcool moi".

Et puis je me répete mais pour faire clair:

Pourquoi il a fumé une moitié de pet?

Pôur être défoncé non?

--> défoncé=bourré= on conduit pas.

[/quote']

 

Je crois qu'il faut relativiser un demi pète ça veux rien dire quel taille quel concentration quel dose?

 

Je ne suis pas tout a fait d'accort quand tu dis:

--> défoncé=bourré= on conduit pas.

Je suis jeune conducteur et il m'arrive de boire une bière avant de conduire et je suis sur de ne pas être positif au test d'alcolémie.

Pour moi un pète ou un verre c un peu la même chose surtout que je fume rarement seul(donc je ne fume pas le pète en entier).

 

Perso quand je me lève à 6h du mat et que je vais bosser je me sens moins bien pour conduire que si je me fume un pète dans l'aprem et que je prend la caisse.

 

Pourtant à 6 du mat je suis négatif a n'importe quel test(quand j'ai pas fumer la veille).

 

(Je ne dis pas ça pour insiter à conduire (au contraire) en étant def mais je crois qu'une étude à été menée je c plu ou et il s'avaire qu'une faible prise de cannabis augmente le potentiel au volant)

 

Le dépistage au THC de toute façon on va y avoir tôt ou tard.

Le problème c'est le temps de positivitée aux tests.

S'il arrivait à faire un test aussi fiable et précis que celui pour l'alcool on aurait plus rien à dire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
mrpolo

Salut RobinWeed

à 6 du mat je suis négatif a n'importe quel test(quand j'ai pas fumer la veille).

C'est sûr sans le café et la douche quand tu es à la bourre la tronche en vrac tu peux créer un accident sans circonstances agravantes ;)

je peux boire une bière avant de conduire et je suis sur de ne pas être positif au test d'alcolémie.

le slogan c'est : un verre ça va trois verres bonjour les dégats ;-) cependant avec 1/2 pet et tu peux être grillé par les tests... les seuils de détections sont très bas et la consommation interdite de toute façon (bonjour les PV :-P )

La dangerosité du cannabis au niveau conduite est très débattue voir la loi marilou du nom de la petite fille tuée par un consommateur de cannabis qui en avait moins de 1ng/litre dans le sang, nanogramme sur lequel on a ,bien sûr, fait reposer la responsabilité de l'accident...

Malgré tout le cannabis est également considéré comme un produit dopant: un champion automobile tchèque le champion de Formule 3000, Tomas Enge, en 2003, a perdu sa couronne de meilleur conducteur de Formule 3000 parce qu’il a été détecté positif au grand prix de Tchéquie avec 150 ng/ml de cannabis dans le sang...

 

Il faut de toute façon réprimer l'ivresse au volant alcoolique ou canabique

 

1/2 pet te met il en état d'ivresse? est tu alors défoncé?

donc bien sûr que si:--> défoncé = bourré = ivresse = on conduit pas.

 

une étude, faite conjointement par la France, la Belgique et les Pays-Bas, fixe le taux d'ivresse cannabique entre 40.000 et 300.000 ng/ml de THC.... on est largement au dessus du seuil retenu pour les tests de répression, pardon de détection, actuels...

 

Mais l'inquiétude actuelle réside aussi sur le phénomène de relargage car le thc se fixe dans les graisses et peut être détecté 3 semaines après la prise.

 

et encore, sous l'influence du professeur Murat on à pas finit de souffrir... voir ici

Fumer ou conduire (dans le mois!) il va falloir choisir

 

Cannabiquement Mrpolo

Share this post


Link to post
Share on other sites
voyezzz

J'ai scanné un article dans l'Autoplus de cette semaine sur ce qui nous attend ...

 

 

 

kna1xc3.th.jpg

Partie1

 

 

kna2dg8.th.jpg

Partie2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kif-Kif

Pour les test-salivaires pour repérer le cannabis, au bout de combien de temps après avoir fumer des buzz ces tests ne detectent plus le cannabis ?

2h - 4h ?

2 jours :-o

Share this post


Link to post
Share on other sites
mrpolo

re kifkif

je te demandais pas de reposer ta question dans ce topic mais de le lire, ta réponse est 5 posts plus bas :smile:;-):supair:

++

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kif-Kif

salut polo :-)

merci pour le renseignement d'ailleur j'ai trouvé une partie de ma réponse a un de tes posts ;-)

 

alors finalement ça peut detecter le canna jusqu'a 14 heures avant notre dernier pét' c'est abusééééé :-o

 

bon ça ok pour le test salivaire on peut etre positif mais apres ils font une vrai prise de sang pour savoir si on était sous l'emprise de l'ivresse cannabique au volant. donc dans ce cas de prise de sang, quel est le temps apres lequel notre dernier buzz ne fera plus "d'effet" au niveau de leurs tests (sanguins)

 

merci

ciaoo

Share this post


Link to post
Share on other sites
sim&fran1

Bonsoir a tous et à toutes

Au debut je ne croyait pas trop à cette solution , mais

Il se trouve que j'ai demandé au chef de la Gendarmerie de mon village qui n'est pas du tout d'accord avec ça est qui est trés l'acssiste sur le cannabis . Et il m'a bien confirmé l'entrée en vigueur de se test salivaire .

Se qui ne me rassure pas et je pense beaucoup d'autre personne maintenant ca va étre plus de prudance tout de méme

Bonne soirée .

Share this post


Link to post
Share on other sites
DruGs44

lol sa fait peur ^^

mais ou s'aretterons ils ?

ils disent aussi que les boissons alcoolisé minimise les chances d'etre controlé positif

vous savez ce qu'il reste a faire :-D lool

mais pour les autres stupefiant c'est une autre affaire

bonne chance a tous =)

et attention sur la route

Share this post


Link to post
Share on other sites
WarManO

" Liberté, Égalité, Fraternité ", cette devise s' applique t' elle toujours à ce pays que l' on appelle France ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
lem

Hello, à priori les tests salivaires n'étant pas encore "validés" , on a le droit sur axes routiers principales à : Douanes, camion de douane et PIPI; si +++++++++ (ça c'est moi ;O) => prise de sang, au moins on pourra pas contester la fiabilité.

 

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kobuki

Bonjour, apres lecture des differentes intervention et des liens, quelques interrogations persistent :

 

- sur le lien donné par mrpolo (celui-ci -> https://www.profos.de/content/view/48/44/lang,fr/) on nous informe de ceci :

 

THC: Le Tétrahydrocannabinol, l´élément actif de la plante de cannabis (cannabis sativa), est détectable dans la salive déjà peu de temps après la consommation. La détection de cette drogue dans la salive est avant tout possible lors du contact direct de la drogue avec la bouche (consommation sous forme de fumée ou proprement orale).

 

le test est-il efficasse sur le cannabis de type "indica" ?

 

-ma seconde question concerne la pertinance du test salivaire par lui même... il est effectué sur un prelevement direct de la salive comme tout le monde l'a compris, est-il toujours aussi efficasse apres un bain de bouche ? y a-t-il un moyen de falcifier le test ? (genre alcool de menthe juste avant le prelevement)

 

 

bonne soirée à tous.

 

Kobuki

Share this post


Link to post
Share on other sites