Condensa

CannaWeedeur
  • Content Count

    392
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Condensa last won the day on January 27 2019

Condensa had the most liked content!

Community Reputation

918 Weedeur Sage

18 Followers

  • RienASignaler
  • Heimdal
  • richto
  • manuel valls
  • kid1984
  • Selrac
  • popolski
  • penacho
  • Pil0u
  • giuan
  • Praz
  • Lescrot19

See all followers

About Condensa

  • Rank
    CannaWeedeur

Recent Profile Visitors

2103 profile views
  1. Salut, Le nombre de µmole n'est qu'une indication sans valeur réel, tout comme le spectre PAR. Pour un exemple simple, imaginons une lampe qui émet entre 500 et 540 nm à 1000 µmolePAR.m-².s-1 et bien cette dernière sera bien moins efficace qu'une lampe qui émet 150 µmolePAR.m-².s-1 avec deux longueurs d'onde de 480 et 660 nm. Une lampe reproduisant le spectre solaire n'est également pas réellement adapté car beaucoup d'énergie est perdu et beaucoup de longueurs d'onde sont amené avec trop de puissance. Par rapport au spectre solaire dans la zone du PAR, une plante n’absorbera que 35% des photons de ce spectre. Le PUR est bien plus utile pour comparer l’efficacité d'une lampe que simplement le nombre de micro mole et un spectre de type solaire. Cordialement.
  2. Bonsoir, Je trouve le nom "Perfect Full Spectrum" un peu exagéré. On est assez loin du spectre d'absorption globale de la plante. Pouvez-vous nous donner le PUR (Photosynthétic Usable Radiation)? Merci.
  3. Plop, Il manque effectivement des informations mais je suis d'accord avec littlebigman. Ayant des lampes V4 et V5, je confirme que les plantes sont sous un spectre très performant avec une forte puissance. Cela nécessite de revoir un peu son schéma de culture pour en prendre compte. Personnellement, j'arrose plus et je nourris plus, j'adapte en fonction de l'état de la plante. Une fois ces paramètres réglé, sa tourne comme une horloge. A+
  4. Bonjour, Pour moi on est plus dans le cas d'une fasciation lié à l'environnement car ne touchant qu'une branche et non le plan entier. Plein de facteur peuvent en être responsable mais deux sont majoritaire, le stress mécaniques (coupe, pinçage etc...) et le stress biotique de type piqure d'insecte. Il est également possible d'avoir eu une aberration de mitose au niveau de cellules méristématiques qui ont changé l'axe de symétrie et induit cette fasciation. Enfin, de manière beaucoup plus rare, un bouleversement hormonale lié à la balance ABA/GA peut conduire à ce phénomène. Pour les gènes homéotiques, c'est possible, mais sa me semble peu probable, car c'est généralement tout le réseau de gène qui se trouve impacté et d'autre aberration aurait du être présent. Sa ressemble plus à un problème ponctuelle au niveau de la mitose d'une cellule du méristème. Cordialement.
  5. @Pucca Cet alcool peut en effet convenir car les 4% restant sont bien de l'eau et quelques traces d'autres éléments non nocif. Par contre, tes 4% d'eau vont extraire des choses non désirés comme dit plus haut, mais au moins il n'y aura pas de dénaturant. L'alcool absolu c'est de l'éthanol pure à 99.99% et exempt de toutes autres impuretés, il y à moins de 0.01% d'eau. Exemple : https://www.sigmaaldrich.com/catalog/product/mm/34852m?lang=fr&region=FR A+
  6. @Phivap En faite, en France, l'alcool 96% ou autre ne contient pas 4% d'eau mais un mélange eau/dénaturant rendant le produit impropre à la consommation. Parmi les dénaturants les plus courant, on trouve le camphre ou le méthanol. Utiliser cet alcool pour faire de l'huile donne un produit impropre à la consommation, d'une par à cause de la présence du dénaturant dans ton huile mais également à cause de l'eau présente dans ton alcool qui va extraire beaucoup de chose dont les sels (nitré, phosphatique etc...) et la chlorophylle. Après chacun fait ce qu'il veut, mais d'un point de vue sanitaire aucun alcool à par l'absolu n'est utilisable pour obtenir un produit propre et consommable. A+
  7. Plop, Le seul alcool à utiliser est de l’éthanol absolu, le reste c'est clairement pas terribles que se soit en efficacité d’extraction, quantité de résidu, toxicité, interactions etc... Cordialement.
  8. Bonjour, Alors pour l'effet Emerson, les ondes FarRed ne servent à rien du tout. En effet, cet effet est généré par l'utilisation simultané de deux longueurs d'onde précise, 680 et 700nm. Cet effet peut se résumer au fait qu'en présence de 680nm seul ou de 700nm seul, la plante produit la même quantité d'O2 alors qu'en présence de 680 et 700nm la production d'O2 est supérieur à la somme d'O2 produit par le 680nm et le 700nm seul. Cela indique qu'il y a deux photosystèmes différents et que ces deux systèmes peuvent fonctionner seul ou en synergie, et que leur fonction synergique est nettement plus efficace. En revanche, pour que l'effet Emerson soit observé, il ne faut pas dépasser une certaine quantitée de photon 680 et 700nm et surtout ne pas avoir de radiations bleu. En d'autres termes, l'effet Emerson dans un spectre complet est un simple buz commerciale, outre certains spectres très bien équilibré et mis au point en laboratoire spécifiquement pour observer ce phénomène et étudier les photosystèmes. A+
  9. Bonjour, Alors l'effet Emerson lorsque tu utilises un spectre complet n'existe plus, c'est du pur discours commerciale. Il est beaucoup plus efficace de jouer sur les pigments accessoire de la photosynthèse ou de provoquer un effet casacade de photon par absorption ré-emission. Pour ce qui est des tests scientifiques, on trouve de nombreuses publications sur l'étude des spectres et de certaines radiations spécifiques, que se soit les UV, le FarRed, les radiations vertes etc sur un grand nombre de plantes... Sur le cannabis, on retrouve plutôt ça dans la filière professionnel avec notamment en France le CETIOM ou Terra Inovia qui ont financée pas mal d'étude sur la mise au point de spectre adapté. A l'étranger, pas mal de grand groupe finance également ce genre d'étude dans des buts purement commercial. De ce que j'ai pu en voir dans certains labo, je sais qu'un fabricant Français fait ses tests en laboratoire et travail particulièrement bien ses spectres. En effet, essayer de mettre des rubans autour de COBs c'est bien jolie, mais pour avoir un effet réel et éviter les effets délétères, encore faut-il savoir quelle puissance et de quelles longueurs d'onde utiliser. L'exemple du FarRed est parfait pour démontrer cela, car trop de FR et on se retrouve en SAS (Shade Avoidance Syndrome), trop peu de FarRed et on se retrouve en inhibition de l'absorption des radiations bleu, un mauvais rapport Rouge/FR et l'action des farRed ne sert à rien, un mauvais rapport Bleu/FR et on bloque le phytochrome P680, un mauvais rapport bleu/Rouge/FR et on perd l’effet des FR tout en produisant un échauffement des feuilles etc... Ajouter des longueurs d'ondes sans études au préalable, c'est le meilleur moyen de gâcher des watt, de ralentir le développement des plantes, et de baisser son rendement. A+
  10. Bonjour, C'est là que l'on voit nettement les limites des COBs. En effet, il existe des longueurs d'ondes ainsi que des rapports entre certaines longueurs d'onde spécifiques qui permettent d'augmenter très fortement la pénétration lumineuse en jouant sur l'effet de cyclose des chloroplastes. Au lieu d'avoir des chloroplaste perpendiculaire aux radiations lumineuses, l'effet signal de ces longueurs d'onde permet d'avoir des chloroplastes parallèle aux rayon lumineux. D'ou une pénétration fortement augmentée. Le souci c'est que pour avoir ce genre de spectre, il faut travailler avec des LED unitaires. A+
  11. Bonsoir, Sinon, une technique qui marche parfaitement c'est de conserver ses plantes au frais entre 8 et 10°C maximum 13°C, le développement sera très fortement ralenti sans aucun impact sur le développement de la future plante contrairement à des stress infligées qui peuvent restés encrés dans le code génétique de la plante. A+
  12. Salut @LEDFURY Ha ba oui, c'est clair qu'il n'y a pas de comparaison possible... ^^ De rien, ce n'est pas une critique, juste une remarque. En faite, cela concerne surtout tes conclusions sur ton graphique avec les rendements de photon, avec seulement ces données ce que tu indiques comme peu de croissance, faible croissance etc... est très empirique tout comme les zones de répartitions. Mais au moins, tu as le mérite de faire des mesures et d'essayer d'en sortir des conclusions. Sans aller jusqu'à t'équiper d'un laboratoire, je pense que dans un budget raisonnable tu peux avoir bien mieux comme équipement. Dans le cadre de mes déplacements, j'utilise du matériel uprTek notamment le PGN100 qui dans ton cas me semblerait parfaitement adapté. Tu aurais le spectre, les mesures en gamme énergétique et signal et une mesure en différentes unités dont le PPFD en µmolePAR.m-2.s-1. Salut @Heka Je suis d'accord avec toi mais tu me connais, je suis assez perfectionniste et je tends toujours à la recherche de l’excellence tout en minimisant au maximum l'aspect empirique. A+
  13. Bonjour @LEDFURY Après avoir regarder les caractéristiques de ton quantum meter, il semble que celui-ci soit effectivement un capteur d'intensité quantique globale. De ce fait, les mesures qu'il te donne n'incorpore pas le spectre et donc ne différencie pas les longueurs d'onde utiles, néfastes et accessoires. Cela signifie qu'il va avoir tendance à surévaluer la quantité globale de photon et que le résultat sera exprimé en µmole.m-².s-1 et non en µmolePAR.m-2.s-1. SI tu ne peux pas corriger ces valeurs en fonction du spectre les résultats donnés ne sont pas spécifique mais absolue. De plus sa plage de mesure n'est pas tout à fait adéquate pour ce qui est d'un éclairage de plante terrestre. Il te permet de mesurer le spectre énergétique mais pas le spectre signal. A+
  14. Bonsoir @LEDFURY, Peux-tu nous dire avec quel instrument tu mesure tes PPFD, et si possible sa plage de mesure et sa sensibilité. Si il dispose d'une courbe d'intensité PAR ou PUR peux-tu nous l'indiquer. Tes résultats sont bien en µmol.PAR.m-².s-1 et non en µmol.m-2.s-1? Merci. A+
  15. Salut, @Indi-Punky Alors non, la gomme est toujours d'une compositions très semblable. En revanche, ce que tu décris n'est pas de la gomme mais ressemble fortement à un concentré de sève élaboré, d’où sa couleurs transparente et non ambrée. Si c'est bien cela, aucun risque, c'est un concentré de divers sucres (Glucose, Fructose, Saccharose, etc...) et de nutriments translocables. Je suppose que les "Inductors" (différent du produit Inductor qui induit une floraison forcé?) sont des produits éliciteurs? Si oui, cela explique l'exsudation de sève lors du séchage car ces produits modifient la structure interne des vaisseaux du phloème ainsi que les flux de sève. A+