Roulage, collages et matériel

Comment retirer la nicotine du tabac ?
By azmaster,

Dénicotisation
 
 
 
 
Le tabac est un ingrédient dont on peut difficilement se passer quand on fume de l'herbe ou du hash !
 
Le tabac, et plus particulièrement un de ses agents, la nicotine, engendre comme l'alcool ou l’héroïne , une réelle dépendance physique qui nécessite une véritable désintoxication !!
En mélangeant les fleurs de cannabis à du tabac, on va mélanger les effets de la nicotine à ceux du THC et transformer une herbe au high clear en high stoned avec des effets écrasants, démotivants , un peu comme du Marocain de base !
De plus, lorsque qu'on inhale du THC et de la nicotine, le tétrahydrocannabinol dilate les bronches, ce qui a pour effet d'ouvrir tous les capteurs. La nicotine, quant à elle, rétracte ces capteurs et emprisonne les goudrons profondément !
 
 
Il est possible de limiter les risques de cancer causés par les goudrons et la nicotine rajoutée par les fabricants de cigarettes: véritables dealers de dure !
 
Vous ne me croyez pas ?
Pour vous en convaincre, il vous suffira de décortiquer une clope !
Dans la plupart des "blondes", surtout les light, vous découvrirez d'étranges brins de tabac, bruns foncés, découpés de façon rectiligne, contrairement aux autres brins naturels qui sont fibreux et déchiquetés. Ces concentrés sont appelés "agents de saveur". Chargés de nicotine,(non comptabilisée dans les pourcentages indiqués sur le paquet!) ils sont sensés augmenter le plaisir du fumeur, mais en fait ils le rendent plus rapidement dépendant, obligeant le consommateur de tabac a fumer de plus en plus en attendant le probable cancer chèrement acquis.
 
 
Pour déjouer ce complot, vous n'avez que deux solutions:
Arrêtez de fumer ou dénicotinisez votre tabac !!!
 
Comment alors vous séparer de madame nicotine ?
 
Il vous suffira tout simplement de faire bouillir le tabac, l'eau récupérant presque toute la nicotine !
Vous égoutterez le tabac et l'étalerez sur un linge dans un lieu aéré !
 
Attention !!!
Le bouillon obtenu est poison mortel , qui constitue un excellent insecticide naturel contre les pucerons et autres bestioles qui pourraient attaquer votre jardin !
 
Le tabac perdra perdra de son gout, mais il pourra servir de support a votre herbe ou hash qui lui en donnera du gout, et sans vous tuer à petit feu !!
 
Quand aux plus paranos d'entre vous, qu'ils n'hésitent vraiment pas à renouveler cette opération plusieurs fois !
 
Cette technique est fortement conseillée pour les smoke tests, car elle neutralise le goût du tabac et vous permet de découvrir toutes les saveurs de votre herbe !
 
(source: les tres riche heure du cannabis)
Amicalement,
 
Dad's label
0 comments Read more... ›
By azmaster,
1) Tout d'abord le joint classique à une feuille:
 
Se munir d'une feuille, un filtre "maroco" dit aussi "marocain" (morceau de cigarette coupé) ou un filtre en carton et de son mix (tabac+ substance désirée) :
 

 
Mettre en place le filtre sur la feuille puis repartir le tabac à peu près également; plus on veut que le joint soit en cône plus il faut repartir le mix en en mettant moins contre le filtre et en augmentant la quantité plus on se rapproche de la fin de la feuille puis ensuite rouler le filtre entre le pouce et l'index et rouler la feuille autour du filtre puis faire rouler et lisser la feuille. puis tasser et éventuellement rouler le bout en vue d'un transport.
 

 
 
 
2) Une autre variante, dite "roulage à la hollandaise" : (feuille à l'envers)
 
Cette variante permet de rouler avec juste la largeur de feuille qu'il faut pour le joint et ainsi on évite de fumer trop de papier.
Pour cela, il faut plier la feuille dans l'autre sens avec le collant vers l’extérieur :
 

 
Sur cette photo on ne voit pas super mais le collant est à l’extérieur. puis y mettre son mix et rouler comme pour le 1 feuille classique en mouillant le collant puis en rabattant la feuille dessus :
 

 
Ensuite bruler le papier en trop :
 

 
Et voilà
 

 
 
 
3) Le joint à deux feuilles en "équerre":
 
Coller deux feuille en mettant le deuxième perpendiculaire à la fin de la première (1) puis afin de fumer moins de papier couper en diagonale au bout du roulage (2) (voir photo) :
 

 
Ensuite y mettre son mix :
 

 
Et rouler comme pour un joint à une feuille :
 

 
 
4) Une autre variante, le deux feuilles en biseau afin de faire un cône plutot qu'un joint plus long :
 
Pour cela, il faut coller les deux feuilles en biseau :
 

 
Puis couper l'excédant de papier :
 

 
Et ensuite y mettre son mix et un filtre et rouler comme précédemment et voila un beau p'tit cône !!
 

 

 
 
 
5) Le joint à trois feuilles:
 
Pour réaliser ce joint, c'est simple, il suffit de rajouter une feuille au collage du joint à deux feuilles en équerre comme le montre cette photo :
 

 
Puis y mettre son mix et ensuite rouler suivant le principe classique :
 

 
Et voilà !
On peut également rajouter une feuille au collage du deux feuilles en biseau ou bien à celui du deux feuilles en ligne. Pour le biseau il faut la mettre perpendiculairement à la fin du collage en laissant dépasser en haut un peu de collage. Et pour celui en ligne, en rajouter une troisième en ligne en suivant la même méthode.
 
 
6) Encore une autre variante du deux feuilles, le deux feuilles en ligne:
 
Ce collage permet au contraire du collage en biseau de faire un joint long plutot qu'un joint en cône.
Pour cela, il faut prélever du collant d'une feuille pour le mettre sur le côté de la largeur d'une autre feuille :
Lécher le côté (1) et appliquer le côté (2) sur le côté (1) :
 

 
Puis le retirer immédiatement et coller avant que ça sèche suivant ce modèle :
 

 
Pour finir, installez-y confortablement votre mix et roulez selon la méthode classique :
 

 
(PS: Pardon s'il ne se trouve pas avec les autres deux feuilles mais je l'ai mis après et je n 'ai pas reussi à l'incruster avec les autres) :
 
 
 
7) Le joint à six feuilles :
 
Pour faire un joint à six feuilles il faut tout d'abord réaliser deux collage de trois feuilles en ligne (c'est le même principe que pour le deux feuille en ligne) :
 

 
Puis assembler ces deux collages suivant ce modèle :
 

 
Une fois muni de ce collage vous pouvez prendre un carton (de taille conséquente) et votre mix, puis rouler selon le principe classique :
 

 
Et voilà
Ensuite les collages avec plus de feuilles se font en suivant les mêmes principes de base de collages.
 
 
 
? La fusée :
 
Pour faire un fusée, il faut simplement vous munir d'une feuille et de deux cartons dont un grand et un petit avec le grand environ long de deux fois la longueur du petit :
 

 
Puis mettre votre mix dans la feuille avec les cartons et rouler selon le principe classique :
 

 
 
 
 
9) La tulipe :
 
Pour faire le collage nécessaire à cette tulipe il faut tout d'abord coller deux feuilles l'une au dessus de l'autre puis replier la feuille pour former un cône en appliquant la partie (1) sur la partie (2) sans plier le collant et en ayant préalablement lêché le collant :
 

 
Ensuite remplir le cône formé avec votre mix et vous munir d'un carton relativement long (éventuellement s'il y a des prises d'air au niveau du carton, il est possible de l'entourer d'une feuille pour qu'il n'y en ai plus) :
 

 
Ensuite :
 

 
Puis se munir d'un bout de ficelle fine, si vous n'en avez pas, vous pouvez faire comme j'ai fait, c'est à dire prendre une feuille et la torsader pour lui donner l'aspect d'un fil.
Refermer le tout avec votre fil (ou autre) en faisant bien attention que ce soit hermétique :
 

 
Et pour une meilleure présentation, on peut éventuellement replier le papier vers le haut comme ceci :
 

 
 
 
 
10) La moustache :
 
Pour ce roulage, il faut vous munir de deux feuilles et d'un carton assez long percé en son centre qui servira pour aspirer un fois la moustache réalisée :
 

 
Puis rouler un joint sur un côté du carton :
 

 
Et un autre identique autant que possible de l'autre côté :
 

 
Et vous voilà en possession d'une moustache
 
 
 
11) L'hélicoptère :
 
Pour fabriquer l'hélicoptère, il faut se munir d'un carton transpercé de part en part en son milieu et d'un autre de même longueur mais légèrement plus petit car il doit pouvoir passer dans l'autre :

 
Puis :
 

 
Ensuite il faut rouler un joint à chaque extrémité (identiques dans la mesure du possible) des cartons et percer un trou à l'intersection des deux cartons et éventuellement (comme je l'ai fait ici) introduire un petit carton dans le trou afin d'avoir plus de facilité à aspirer :
 

 
 
 
12) Le sifflet brésilien :
 
Tout d'abord il faut préparer un filtre assez long dans lequel, d'un coté il va falloir percer trois trous pour y mettre ensuite les joints et de l'autre un trou au centre à l'opposé des trois autres et un autre filtre que l'on glissera du côté où il y a un trou unique afin de pouvoir aspirer :
 


 
Puis rouler trois joints (qui peuvent être des une feuille, des deux feuilles ou plus, il faut juste que la taille du filtre préparé préalablement soit relative à la taille du filtre des joints) ici je l'ai réalisé avec des une feuille. Ensuite les insérer dans les trous :
 

 
Déguster tout ça en se servant des côtés du filtre du sifflet pour faire des appels d'air.
 
 
 
13) L'arbre à joints :
 
Pour ce roulage, il faut d'abord préparer un long filtre percé de deux trous d'un côté et d'un seul de l'autre qui serviront à y planter les joints secondaires à la fin. Et réaliser un collage de deux feuilles en biseau :
 

 
Ensuite rouler le cône sur le carton préalablement préparé :
 

 
Enfin, rouler trois joints (aussi identiques que possible) à une feuille et les planter dans les trous sur les côtés du carton :
 

 
Voilà comment faire pousser un arbre plus vite que son ombre
Évidemment, il est possible de réaliser ce roulage avec des joints plus gros, il faut seulement au besoin augmenter la taille du filtre.
 
 
 
14) Le jumbo :
 
Le jumbo est tout simplement un joint à cinq cartons.
Préparer d'abord le futur filtre en vous munissant de cinq cartons que vous assemblez à l'aide d'un morceau de feuille :
 

 
Puis préparer un collage (ici je l'ai fait à trois feuilles en biseau mais toujours pareil, il est possible de le réaliser avec d'autres sortes de joints) :
 

 
Enfin rouler votre joint avec votre filtre à cinq cartons :
 

 
 
 
 
15) Le joint plat :
 
Pour ce joint, il faut d'abord préparer deux cartons de taille identique que l'on peut, en cas de difficulté à rouler, assembler à l'aide un bout de feuille, puis un collage; Ici pour le faire, j'ai collé deux feuilles l'une au dessus de l'autre puis coupé la moitié de celle du dessous :
 

 
Puis :
 

 
Ensuite rouler puis poser le joint sur la table et le mettre en forme plate en pressant légerement sur le tabac en faisant bien attention de ne pas applatir les cartons sinon vous n'arriverez plus à tirer dessus :
 

 

 
 
 
 
16) Le joint triangulaire :
 
Tout d'abord, il faut vous munir de trois cartons que, en cas de difficultés de roulage, on peut assembler à l'aide d'un bout de feuille et d'un collage à deux feuilles l'une au dessus de l'autre identique à celui utilisé pour le joint plat puis y mettre son mix :
 

 
Puis rouler et comme pour le joint plat mettre le joint en forme triangulaire en pressant sur les trois cotés du triangle :
 

 

 
 
 
17) Le joint carré :
 
Pour celui-là, se munir de quatre cartons que l'on peut éventuellement lier grâce à un bout de feuille et d'un collage identique à celui du joint plat et du joint triangulaire :
 

 
Ensuite rouler et comme pour les deux joints précédents, presser sur le tabac pour le mettre en forme de carré :
 


 
 
 
 
18) Le joint couteau :
 
Voici un petit joint que j'ai créé pour triper. Alors pour celui-là, il faut vous munir d'un collage de deux feuilles l'une sur l'autre, puis replier le coin supérieur au niveau des 3/4 du collage :
 

 
Puis couper la partie inutile :
 

 
Puis se munir d'un carton à peu près identique à celui de la tulipe et d'un morceau de fil ou de feuille torsadée pour refermer le joint. Ensuite bien remplir le cône formé par le collage et refermer comme pour la tulipe :
 

 
Ensuite pour le mettre en forme plus ou moins de couteau, on peut denteler la partie inférieure de feuille restante :
 

 

 
Et voilà !
 
 
19) Le bouquet de tulipes :
 
Voilà un joint que j'ai créé qui est pas mal. Tout d'abord il faut faire un carton assez long de forme légèrement ovale percé de trois trous vers le bout. Pour le rendre bien hermétique et qu'il tienne bien, je l'ai entouré à deux endroits de collant de feuille :
 

 
Puis ensuite rouler trois tulipes identiques autant que possible comme montré précédemment au numéro 9) :
 

 
Puis les mettre dans les trous préalablement faits dans le carton :
 


 
Et voilà un beau bouquet!!
Puis fumer en se sevrant du bout du carton pour faire appel d'air
 
 
20) Une variante du bouquet de tulipes, la "triple pipe maison" :
 
Un autre que j'ai créé, pour cela il vous faut à peu près le même matériel que pour le bouquet de tulipes
mais à la place des longs cartons j'ai dû fabriquer un carton adapté qui devait être conique des deux côtés vous allez comprendre pourquoi.
Nous allons commencer par ces fameux cartons un peu compliqués à faire mais le résultat est pas mal, il faudra en faire trois :
Alors prendre des cartons de 5cm sur environ 3cm.
Puis y faire deux entailles sur le côté de 5cm au milieu :
 

 
Puis les plier suivant ce modèle :
 

 
Ensuite continuer à les plier et faire tenir les extrémités à l'aide de collant de feuilles :
 

 
Puis faire le même collage que pour les tulipes, le remplir et le couper aux deux extrémités, un tout petit peu du côté petit et assez de l'autre puis l’enfiler sur le carton par le petit côté et bien le fixer avec du collant de feuille
:

 
Puis faire de même pour les trois cartons et les enfiler sur un carton identique à celui du bouquet de tulipes :
 


 
Attention à ce que ce soit bien hermétique surtout !
Et voilà une triple pipe maison qui défonce bien !!!!

 
 
21) L'O.V.N.I :
 
Voici une autre de mes créations :
 
Alors, il faut vous munir d'une assiette en porcelaine ou en verre pas totalement plate, d'un bon peu de carton et de quelques feuilles.
Tout d'abord prendre l'assiette :
 

 
Puis la recouvrir de carton (prendre large) et scotcher le carton sous l'assiette avec des petits bouts de scotch, attention à ce que ce soit bien dessous car il ne faut pas que le scotch soit plus tard en contact avec la fumée :
 

 
Puis percer un trou assez gros en son centre afin de pouvoir y faire passer un carton assez gros (faire attention à l’étanchéité du carton).
Puis à la base du carton, rendre hermétique à l'aide de collant de feuille :
 

 
Ensuite percer six trous en cercle autour du gros carton mais un peu éloigné du centre et rouler six bon joints à une feuille (il est bien entendu possible de mettre des deux feuilles ou plus mais dans ce cas-là, je suggère de prendre une assiette plus grande) et les planter dans les trous :
 

 
(PS: dsl pour la taille des dernières photos mais c'était le seul moyen pour les mettre droites)
et voila un p'tit O.V.N.I
 

 
 
22) La "pipe fruit":
 
C'est un petit classique pas compliqué à réaliser que j'aime bien. La pipe fruit que je vais vous montrer a été fait avec une pomme mais il est évident que l'on peut la faire avec une multitude d'autres fruits.
 
Il faut : une pomme et de quoi rouler un joint à une feuille.
Prendre la pomme :
 

 
Ensuite la percer de part en part (ici je l'ai percée à l'aide d'un crayon à papier car c'est a peu près le diamètre qu'il me faut) :
 

 
Ensuite rouler un bon joint à une feuille (comme d'habitude il est possible de faire ceci avec un joint à deux feuilles ou autre) et le mettre dans le trou d'un coté de la pomme et aspirer par l'autre coté :
 

 
Avec ça vous sentirez un petit goût de pomme sympa en fumant votre joint
 
 
23) La croix :
 
Voici un autre joint qui est assez connu mais assez bien pour ne pas qu'on oublie de le mettre.
Pour réaliser ce joint, il vous faut deux cartons de longueurs équivalentes, chacun percé de part en part en son milieu et avec un carton légèrement plus petit que l'autre car il doit passer à travers celui-ci. Puis il vous faut de quoi rouler trois joints à une feuille.
 
Tout d'abord, voici les cartons :
 

 
Ensuite il vous faut les assembler en forme de croix selon ce modèle :
 

 
Attention, quand vous les assemblez, il vous faut aligner les trous de façon à ce que la fumée puisse bien circuler dans le carton comme ceci :
 

 
Pour finir, rouler sur trois des quatre cotés, un joint a une feuille :
 

 
Voilà une croix sur laquelle je veux bien me faire crucifier !! lol!
 
 
24) La flute :
 
Voilà un autre joint que j'ai fait, je l'ai baptisé la flute car son principe d'utilisation et sa forme font penser à la flute traversière...
 
Pour ce faire, il vous faut un carton relativement long, ici j'en ai pris un de 30cm de long et 10.5cm de large (pour la largeur j'ai pris 10.5 car il faut prendre large afin que par la suite les trois petits bouts de scotch que nous allons utiliser ne soient absolument pas en contact avec la fumée) puis le rouler et y mettre trois petits bouts de scotch afin de le maintenir et de le rendre bien étanche et y percer six trous comme sur le modèle afin de pouvoir accueillir ensuite des joints :
 

 
Ensuite, y faire un autre trou quasi-perpendiculaire aux autres trous faits préalablement mais de l'autre côté sur le bord. ce trou servira par la suite à tirer sur le joint :
 

 
Ensuite, rouler six joints identiques au possible et les planter dans les six trous prévus à cet effet :
 

 
Pour fumer, ce joint se tient comme une flute traversière, tenir de la main gauche en bouchant le coté gauche avec son pouce et avec la main droite, se servir de son pouce pour faire des appels d'air avec le côté droit puis fumer par le trou présent sur le côté.
 
Vous voilà en possession d'une flute qui ravira même ceux qui ne savent pas en jouer !!!
En espérant qu'il vous plaira.
 
 
25) Le cône de choc :
 
Alors, pour ce joint, il vous faut tout d'abord fabriquer un collage à trois feuilles en biseau :
 

 
Puis remplir ce collage de votre mix et rouler un gros cône avec :
 

 
Ensuite, mettre le cône de côté et nous allons préparer un collage de la famille de la tulipe, que nous allons ensuite remplir et fixer au bout du joint. voici le collage en question :
 

 

 

 
Puis remplir le collage réalisé de votre mix :
 

 
Découper le papier inutile :
 

 
Et enfin, fixer ce cône sur le gros joint que l'on a roulé au début à l'aide de bande de collant de feuille :
 

 

 
Et voila un cône de choc ^^
 
 
26) Le double sifflet :
 
Alors pour ce double sifflet, il vous faut déjà de quoi faire six joints à une feuille (pour la suite). En plus des feuilles pour ces joints il vous en faudra trois autres. Et de quoi faire trois cartons conséquent suivant ce modèle :
 

 
Ensuite, nous allons les rendre hermétiques tout les trois à l'aide des trois feuilles prévues en plus au début en les entourant de feuille et en torsadant la feuille des deux côtés de chaque carton :
 

 
Puis les percer tous les deux comme pour un carton de sifflet brésilien, avec trois trous sur une face et un de l'autre comme sur ce modèle :
 

 
Ensuite prendre le troisième carton préparé au début et le recouvrir également d'une feuille et lui faire en son milieu un trou qui ne la transperce pas de part en part :
 

 
Attention, pour ce carton l'air doit y circuler librement à l’intérieur et il ne faut donc pas torsader la feuille sur ces cotés.
 
Ensuite il vous faut rouler les six joints à une feuille de façon à ce qu'ils soient identiques au possible et en mettre trois sur chacun des deux premiers cartons préparés préalablement :
 

 
Puis enfin il ne vous reste plus qu'à assembler tout ça à l'aide du troisième carton et le tour est joué :
 

 
Éventuellement pour tirer dessus plus facilement mettre un petit carton dans le trou central :
 

 
Ça y est, vous pouvez aller siffler et aller vous faire siffler par la même occasion!
Les flics devraient tous avoir ce genre de sifflet avec eux, ils seraient peut-être tous plus calmes !!
 
 
27) The biggy buzz :
 
Pour réaliser ce buzz (qui n'est, ma foi, pas petit) il faut tout d'abord avoir beaucoup de "matière", ensuite pour plus de praticité j'ai pris trois feuilles d'un peu plus de 30cm provenant d'un roll's. Et comme filtre, il ne vous faudra que 20 cartons ?
 
Tout d'abord, prendre les 20 cartons préalablement préparés :
 

 
Puis, les assembler tous ensemble en les entourant avec un bout de carton fermé à l'aide d'un morceau de collant de feuille :
 

 

 
Ensuite, nous allons préparer le collage. Il faut vous munir de trois feuilles de roll's de un peu plus de 30cm de long (ici environ 32cm,33cm) :
 

 
Et les coller les unes au dessus des autres comme ce modèle :
 

 
Ensuite à vous de jouer, il ne manque plus qu'à rouler le joint avec ce collage et ce carton et beaucoup de "mix".
 
Voilà le résultat :
 

 

 
Mais pour pouvoir le fumer, il ne faut pas avoir les yeux plus gros que les poumons !!


 
 
28) Les joints "Cannaweed" :
 
Ben voilà les deux joints qui suivent, c'est un petit trip que j'ai fait, c'est un ensemble de deux joints qui représentent les lettres "C" et "W" pour Cannaweed !
 
Voilà alors pour commencer j'ai pris des feuilles de roll's : Une de environ 20 cm et l'autre de 17cm (sur ces deux feuilles il faudra que les joints fassent respectivement 18cm et 15cm une fois finis, j'expliquerai pourquoi) :
 

 
Voilà les joints une fois roulés :
 

 
Ensuite prendre le joint de 15 cm (c'est celui qui va nous servir à réaliser le C.
Le couper en trois partie de 5cm chacune et les coupes se font en biseau afin de pouvoir les assembler de façon correcte pour former cette lettre :
 

 
Je ne sais pas si on le voit très bien sur cette photo mais ils sont coupés de cette façon voici un petit schéma :
 

 
Puis se munir de collant de feuille et les coller de cette façon :
 

 
Ensuite, ajouter la troisième partie du joint au deux autres :
 

 
Voilà le "C" de fini, passons au "W".
 
Alors, prendre le joint de 18cm, et le couper en quatre parties suivant ce modèle :
 

 
Un autre petit schéma pour mieux voir :
 

 
Ensuite, se munir de collant de feuille et coller les deux premières parties ensemble comme ceci :
 

 
Ajouter la troisième :
 

 
Et enfin la quatrième :
 

 
Ouf !! Ça y est
Regardons ce que ça donne :
 

 

 

 
Et voilà un petit clin d’œil à ce site que l'on aime tant
 
J'espère que vous apprécierez...
 
 
29) Le diamant :
 
Le joint que je vais vous montrer est un joint qui se fait normalement d'une façon mais j'ai trouvé que la façon suivante donnait un meilleur rendu (après chacun ces préférences...)
 
Tout d'abord il vous faut rouler un joint à une feuille assez épais :
 

 
Ensuite, prendre deux feuilles de plus et avec rouler deux joints à une feuille mais cette fois sans filtre :
 

 
Et les couper chacun en deux parties égales :
 

 
Couper également le premier joint roulé en deux parties :
 

 
Se munir également de quelques morceaux de collant de feuille .
maintenant que tout est fin pres on va pouvoir commencer l'assemblage...
 
On va commencer par assembler le côté du premier joint roulé où il y a le carton avec deux moitiés des joints sans filtre à l'aide de collant de feuille comme ceci :
 

 
Assembler ensuite l'autre partie du premier joint avec les deux parties restantes des autres joints toujours avec les morceaux de collants :
 

 
Il ne reste maintenant plus qu'à assembler les deux resultats des assemblages précédents l'un avec l'autre afin de donner son aspect final à notre joint :
 

 
Voilà le travail !
Maintenant que tout ça est fait faites attention à ne pas vous faire voler votre diamant
 
 
30) La big pipe maison :
 
Alors pour le trentième voilà un joint qui, je tiens à le préciser, est un prototype éxpérimental et donc je ne suis pas du tout sûr de sa fonctionabilité (car je n'ai malheuresement pas le "nécessaire" en ma possession pour pouvoir le tester ) et j'en profite d'ailleur pour faire un appel :
 
S'il y a une (ou plusieurs) personnes qui auraient les moyens et l'envie de le tester je lui serais reconnaisant de me donner les résultats  
 
Alors tout d'abord réaliser trois collages de deux feuilles en ligne comme ceux-là :
 

 
Puis les assembler en les mettant les uns au-dessus des autres :
 

 

 
Maintenant se munir d'un collant de feuille et former un cylindre avec le collage fait juste avant puis le fermer avec le collant de feuille :
 

 

 
Puis prendre un bon carton et un morceau de ficelle :
 

 
Les placer à un bout du cylindre en n'en faisant rentrer qu'une petite partie et attacher avec la ficelle :
 

 

 
Ensuite faire un carton assez long et gros, le rendre hermétique à l'aide de feuilles et y faire un trou à une de ses extrémités :
 

 

 
Là il ne reste plus qu'à faire un gros mix et à remplir ce cylindre...
 

 
Et à l’emboîter dans le carton troué à une de ses extrémités (faire attention à ce que l'ensemble soit bien stable) :
 

 

 
Et voilà c'est prêt à fumer pour le ou les éventuels "testeurs"
Maintenant c'est à vous de jouer pour le futur smoke test de ce joint !
 
31) Le joint losange :
 
Tout d'abord bonjour à tous, je suis enfin de retour par chez moi et je viens vous présenter le dernier né de mon imagination que j'ai eu un peu de mal à concevoir et à inventer mais tout va bien il est là et je vais vous le montrer ....
 
Alors tout d'abord il vous faut réaliser un collage à trois feuilles l'une sur l'autre :
 

 
Ensuite il va faloir faire un peu de découpage... ?
 
Alors voilà il vous faut découper votre collage selon ce modèle et il faut que cela soit bien réalisé pour que la suite puisse se dérouler correctement :
 

 

 
Puis il faut se munir de bande de collant de feuille et coller selon ce modèle :
 

 
Puis remplir :

 
 
Ensuite continuer à coller à l'aide de collant de feuille comme ceci :

 
 
Continuer à remplir mais attention, il faut que ce soit bien rempli :
 

 
Une fois ce collage bien rempli continuer à coller comme ça :
 

 
Puis réaliser un carton de taille sensiblement égale à celle de la tulipe :
 

 
Enfin il vous faut légèrement découper d'un côté du collage afin de pouvoir y insérer le carton et fermer en prenant soin que ce soit bien étanche à l'aide de collant de feuille (pour changer :lol:...) :
 

 

 
Et voilà le collage terminé et prêt à fumer
 
dad's label
0 comments Read more... ›
Et Toi C'est Quoi Ton Filtre?
By Indi-Punky,
Sommaire:
 
-Introduction
 
-Les Filtres à Usage Unique
Les Maroco Les Carton Carton en Carnet Les Classique Les écologique Les Conique Les Inclassable Les Pâtes Les Filtres Acetate  
-Les Filtre Réutilisable
Les Basiques Les Filtre au Charbon Actif Les Filtres Parfumé  
-Les Filtres Permanent
En Verre En Terre Cuite En bois  
-Les Fumes Joint
Magic Wand Stick Spiff  
 
Introduction:
 
Par définition un filtre sert à retiré les impuretés, mais dans notre cas, ça ne sera pas sont seul Atout. Grâce au différente méthode dont nous disposons pour filtré nos joint, nous pouvons adoucir la fumé et la refroidir se qui auras pour effet d'amélioré les qualités organoleptique.
 
Le filtre peut êtres comparé au verre en œnologie, il peut amplifier des goût en fonction de sa forme et de sa matière. Et c’est bien la, là raison de se guide, je consomme mon herbe, comme beaucoup, en joint. J’ai donc chercher , et essayer, plusieurs filtres et même façon de filtré, pour profiter au mieux de la qualité de l’herbe.
 
de la matière ont va en avoir pour tous les goûts ! Du bois, du verre, du métal, plastique,simple ou complexe. Jusqu’à votre manière de rouler qui va êtres influencer par votre filtre, mais pour voire tous ça c'est dans la suite;)
 
 
Les Filtres à utilisation unique:
 
Le Maroco:
Le Maroco est le système de filtrage le plus basique, il s'agit juste de prendre un morceau de cigarette et de la placer en t'en que filtre comme ici
 
Le Maroco est principalement utilisé pour le Hash, puisqu'il adoucie la fumer, mais à tendance à couper le goût de l'herbe.
 
Les Avantages :
 
Si vous roulez avec des cigarettes dite « indu » vous avez toujours un filtre sur vous en prenant juste un bout sur la cigarette.
Adoucir un peu le Hash permet de mieux profiter des qualité organoleptique de celui-ci,
 
D’après certain fumeur il aurait aussi pour avantage de rendre la fonce moins forte mais plus longue, je n'utilise presque jamais se type de filtrage donc je ne peut pas dire si c'est vrai ou pas, mais vue que l'information est récurrente je me permet de la mettre ici.
 
Les Inconvénient :
 
Il existe par contre quelque inconvénient au maroco, le plus évident est que vous avez de grande chance de manger un peut de tabac , il est possible de remédier un peut au problème, après avoir rouler votre stick, faite chauffer le briquet et appliquer la partie métallique chaude du briquer sur le Maroco, le tabac chauffe et se durcie un peu, si vous craignez que ça devienne difficile de tiré votre barre, pas d'inquiétude ça ne change rien de ce coter la, par contre ça permet de fixer en quelque sorte le tabac et éviter que vous en ayez dans la bouche.
L'un des autres inconvénient , est que le Maroco s’aplatit quand on vient à le tenir un peut trop fort , donc en groupe il finit généralement très plat t'en les gens ne fond pas attention ^^
 
 
Le carton:
 
Ou plus familièrement appeler toncar, il en existe plusieurs type et cette rubrique la risque d’êtres plus longue que celle sur les Maroco, nous allons donc commencer par les plus classique et je vous parlerais ensuite des plus atypique.
 
]
 
Ont commence donc par le carton classique, celui que vous trouvez un peut partout, sur votre paquet de cigarettes, de feuille, la carte de visite du commerçant du coin, bref tout peut êtres utiliser, Tout ? Non pas vraiment,
 
/!\ Touts les cartons plastifier ou avec de la colle sont à proscrire pour des raison évidente de santé/!\
 
Les ticket de métro était à une époque très utilisé pour rouler, mais il sont eux aussi à proscrire, la bande magnétique en chauffant libéré des produits que vos poumons ne vont pas apprécier.
 
Les avantages sont certainement leurs coût réduit, gratuit bien-sur, il suffit de prendre la où on en trouve, c'est certainement la méthode la plus utilisé par les fumeurs, avec le maroco.
 
 
Les Cartons en Paquet :
 
pré-découpé il offre la possibilité de faire un joint très propre sans avoir à jouer avec le ciseaux ou de chercher un carton partout, il permettra aussi d'éviter d'attaquer les paquets de feuille, qui met souvent la puce à l'oreille de nos amis les bleus. Il sont généralement fait en carton de bonne qualité, mise à part certain qui se contente de faire des carton si fin qu'on croirait que c'est une feuille, c'est souvent le cas quand vous voyez des cartons vert/jaune/rouge, qui sont souvent fait par pur marketing et sont , hormis de rare cas, d’assez mauvaise qualité.
 
Il existe plusieurs matière pour les carnet de carton,
 
 
Les classique :
 

 
/!\Si vous décidez d'en acheter faite attention qu'il y soit bien noté dans la description« sans chlore » en cas d’achat par internet /!\
 
très simple dans leurs fabrication se sont les versions basique des paquets de carton.
Ils existent en version perforé et non-perforé , les perforation servent à facilité le pliage du carton, vous aurez des photos de pliage de carton à la fin de cette rubrique.
 
 
Les écologiques :
 

 
Souvent appeler « Brown » se sont des cartons non-blanchie et garantie sans chlore, mais vous vous en doutez déjà, il sont plus cher que les classique.
 

 
Dans la famille des carton écolo ont trouve aussi ceux fait avec du chanvre, qui sont parfoit même trouvable avec du chanvre bio, mais honnêtement la différence entre le chanvre bio et le normal est juste une question de conscience et non de goût, par ailleurs les filtres carton chanvre sont assez sympa à l'utilisation, sans pour tant modifier le goût, il apporte une souplesse au roulage.
 
Les Coniques:

 
Les Cartons conique permette de rouler de gros joint , il sont surtout utilisé comme carton fantaisie, à moins que vous êtes du genre gros bob à chaque fois ils sont assez dur à rouler de par leurs forme atypique qui oblige à reprendre le coût de main.
Ils vous permettrons de vous rappeler avec nostalgie les premier stick que vous avez rouler.
 

 
 
Les inclassables:
Il existe des cartons qui sont difficilement classable, de par la volonté du fabricant de les rendre original, quelque exemple de se que j'appelle « les inclassable »
 
 

Ici les feuille ne sont pas coller sur un carnet, mais déposer dans une boite. Ils sont enduit de colle sur une des extrémité, évitant de lutter avec son carton pour lui donner une grosseur adéquate. Quant au prix...il va avec l'originalité.
 
 

Ici se n'est pas un carton, il s'agit d'un embout pour carton, une fois votre carton rouler vous le glisser dedans et rouler votre stick. Il permet de filtre les goudrons et la nicotine, une peut comme les filtre Dénicotea des fumes cigarettes.
 
Enfin parmi les inclassables, il y à les cartons fantaisie avec des dessins imprimé dessus, ils sont certes jolie à voire mais une fois rouler le dessin ont le vois plus, sans compter que sur la fin l’encre chauffe , c’est les poumons qui peuvent ne pas aimer. Bref il sont souvent plus cher, drôle pendant 10sec et plus toxique que la moyenne.
 
 
 
Les Avantages des Cartons:
-le goût: le premier avantages qui me vient pour les carton est le rendue du goût , qui sera brut, rien pour modifier significativement les propriété organoleptique.
 
-Disponible: les cartons sont la plupart du temps à porté de main, et enfin le roulage est assez facile avec un carton (hormis les carton cône qui nécessité une certaine adresse)
 
 
Les inconvénients des carton:
-Chaleur: Qui n'a jamais subie la brûlure de la fin, les carton étant généralement assez court (2cm pour les plus long) sur la fin la chaleur peut brûler les lèvre.
 
-Filtration: L'utilité en t'en que filtre est en soit assez restreinte pour le carton, il ne filtres pas beaucoup les impuretés, à moins d'utiliser un embout pour carton.
 
-Prix: Dans le cas des carnets leurs prix peut entraîner un effet répulsif sur les bourses les moins bien garnis, avec un prix qui est généralement de 0,50€/carnet
 
 
Les pâtes:
 

 
 
Alors la je suis sur d'en surprendre plus d'un, et oui les pâtes peuvent servir de filtre, et ça marche plutôt bien! Inutile de sortir la casserole, ils seront dégusté crue !
 
Il est préférable d'utiliser des Fusillis, comme sur la photo, mesurant généralement 3/4cm mais la spiral elle parcours une distance de 6/7cm, les pâtes n'ont pas une surface lisse et retienne plutôt bien les goudrons, sans parler du prix, à 1€/kg c'est vous dire que vous en avez pour un moment.
En revanche dans les sachet, les pâtes ne sont pas toujours toutes droite, il faudra parfois chercher la pâtes parfaite, du moins si ont cherche à faire un stick bien droit ^^
 
un petit exemple d'un stick rouler avec une pâtes :
 
 

 
 
Les filtre Acétate:
 
 

 
Se sont des filtres le plus souvent utilisé pour rouler les cigarettes, mais certain fumeur les utilises pour rouler leurs joint, pour un prix assez bas (2€/100 pour les plus cher).
 
Ils existent en classique blanc, en cellulose bio, en charbon , de forme et taille différente, mais je n'en ai pas assez essayer pour correctement vous en parler.
 
 
Les filtres réutilisable:
 
Les basiques:
 

 
Précisons que je n'ai jamais essayer ces filtres là, étant un peut repousser par le plastique, mais leur existence mérite une place ici et après tout, peut êtres peuvent il convenir à l'utilisation de certain membre. Si jamais quelqu’un les a essayer, et qu’il souhaite partager sont expérience je le rajouterai ici.
il s'agit juste d'un tube en plastique avec des perforations faite pour éviter d'avoir du tabac dans la bouche. D’après le fabricant ils peuvent êtres réutiliser 3 ou 4 fois maximum.
mais il existe aussi des filtre plastique en tube simple et parfois de couleurs différente.
 

 
 
Les Filtre charbon actif:
 
 

ils s’agit d'un filtre fait en céramique et remplie de charbon actif, il agglutinera les goudrons pour assainir la fumé.
Il a tendance à adoucir énormément la fumer, au point de ne plus sentir le goût de l'herbe que vous fumer, donc pour les amateur d’herbe, c'est à éviter, mais en cas d'usage médical, bien évidement la vaporisation reste la meilleurs solution mais c'est assez onéreux ,ou pour la consommation d’un hash ça peut permettre de le rendre moins agressif, ont trouve ici une solution bon marché (en comparaison à la vaporisation) compté une dizaine d'euro les 100 en fonction du site qui les vends.
Ils sont aussi de taille assez importante (3,7 cm de long pour 8mm de large) donc oblige à faire de gros joint.
 
 
Les filtres Parfumés:
 
 

Ils sont à ma connaissances les seuls du genre, il s’agit de bambou tremper dans des parfums pour apporter du goût au cigarette/joint , à n’utiliser qu’en cas de récolte foiré, c’est quand même dommage d’utiliser des filtres parfumé si ça vient à empiéter sur le goût de notre herbe préféré =)
 
 
Les Filtres Permanent
 
 
Dans cette section je vais vous parler des filtres qui grâce à un entretient régulier pourront durée des mois/années, bien que plus cher à l'achat il peuvent vite devenir rentable sur le long terme.
 
Je regroupe les filtres permanent en 3 catégorie, les filtre en Verre, en Terre cuite et en Bois.
Ils offrent tous trois une expérience organoleptique et d’entretien différent, allons voire ça!
 

 
En Verre:
 

 
Des trois matière disponible les filtres en verre sont ceux qui offre l’expérience la plus pur et qui à l’entretient le plus simple. La fumée est filtre de son gros de goudron mais le goût reste inchangé grâce à la neutralité du verre. l’entretient se fera grâce à un simple nettoyage à l’alcool ménager et un petit coût de brosse, qui est généralement livré avec les filtres permanent.
 
 
En Terre Cuite/Céramique:
 

 
Les Filtres en terre cuite offre eux une amélioration du goût au dessus des deux autre, en effet la terre cuite est une matière qui va respiré et qui offrira le maximum de son potentiel avec le temps, plus vous l’utilisez meilleur sera la fumer.
C’est pour l’entretient que les choses se complique, en effet oublier l’eau ou l’alcool sans quoi vous aller vous retrouver avec votre filtre en train de se décomposer dans vos main, la terre cuite n’étant pas traiter elle ne résiste pas au liquide.
le meilleur moyen de le nettoyer est de passer un coup de brosse (sèche) sans trop appuyer et en allant assez lentement, par contre se sera la brosse qui sera à tremper dans l’alcool ménager pour la nettoyer, elle devient vite noir est à une odeur peu agréable.
le dernier point à préciser pour les filtre en terre cuite c’est qu’il sont fragile! à manipuler avec précaution, il mesure tout de même 6cm!
 
 
En Bois:
 
 
Bois de rose:

 
 
Bois de chêne:

 
Les filtres bois existe en deux bois différent, le bois et rose et le bois de chêne, et bien que le bois de chêne soit utiliser pour le vin et celui de rose pour le parfum je n’ai pas noter de réel différence entre les deux, je pense que la aussi, c’est une question de préférence du bois.
pour se qui est de l’expérience de cette matière, elle est entre le verre et la terre cuite, elle offre un équilibre entre deux. Le goût est à la foi authentique mais adoucie, le goût s’en trouvera amplifier comme pour la terre cuite mais sans pour autant êtres dénaturé , et offre un entretient plus simple à l’image du verre, même si il changera à une nuance, c’est qu’on ne trempe pas le bois directement dans l’alcool ménager, mais la brosse avant de la passer dans le filtre, ont ne laisse jamais du bois dans l’eau ou du liquide ça le gonflerai et le fragiliserait, sans compter que gorgée d’alcool vous ne pourrez plus fumer avec...
c’est un avis purement personnelle, mais je trouve que le bois rend la fumée plus ronde, la palettes de goût de l’herbe se mélange mieux, ils sont plus harmonieux, comme si le bois rajoutait un lien entre eux.
 
Pour conclure les filtres permanent, je dirait que leur rapport qualité/prix est dans l’ensemble très bon (compter ~2€/unité), attention par contre à la fragilité de ceux en terre cuite surtout (ceux en verre sont parfois traiter pour êtres plus résistant), et à l’entretient qui est primordial pour le conserver le plus longtemps possible. Et j’oubliai leur taille relativement réduite qui les rends facile à perdre ^^ prévoir donc une boite ou autre pour le stocker.
 
 
Les Fume Joints
Je rentre dans ma partie préféré, les fume joints! loin d’êtres populaire, il offre la meilleur qualité dans touts les domaines, l’inconvénient? Pour commencer son prix évidement qui avoisine les 30€/unité (quand c’est pas 50€ sur certain site marchand...) ainsi que sont entretient qui bien que simple va se décomposer en deux fois, j’y reviendrait un peut plus tard.
 
le marché n’étant pas très demandeur les fabricant, et même les modèles, ne sont pas très nombreux, en faite il y a deux modèle, autant dire que le choix peut êtres rapide à faire, même si les deux modèle garde le même principe ils sont opposé sur le reste.
 
et le principe est simple, la pipe en elle même se décompose en deux partie. La premier celle sur la quelle ont place l’embout en métal et la deuxième qui se compose d’un corps long surmonté d’un système (qui est différent sur les deux) qui à pour fonction d’assuré le refroidissement et le filtrage de la fumé.
 
Je vais commencer par celui que je connais le moins (car je ne le possède pas si quelqu’un en à un et qu’il souhaite partager sont expérience je la rajouterai ici ^^)
 
 
Magic Wand:
 

 
Le Magic wand est fabriquer par Black leaf, plus connue pour leurs bongs en verre, il est fabriquer en acier inoxydable, se qui offre un grande résistance, le Magic Wand à l’indéniable avantage d’êtres proposer à ~10€ (selon les sites bien sur)
le filtrage et le le refroidissement se font par une spiral, une fois la pipe revisser la fumer n’a d’autre choix que de passer par la spiral, se qui va la refroidir et permettre au goudron de se déposer.
Il mesure lui même 10cm, mais je n’arrive pas à trouver les informations sur la distance que doit parcourir la fumer.
 
 
Le Splif Stik
 

 
Je vais pouvoir vous présentez ce modèle la beaucoup mieux, étant donnée que c’est le modèle que je possède.
 
Le Spiff Stik est fabriquer par Red Eyes co disponible en 13 couleur. Le fonctionnement reste le même que le magic wand mais les matériaux et le système de refroidissement est différent.
Fabriquer en Acier inoxydable brosser, tailler dans la masse, le corps et le filtrage est en une seul partie , pour la résistance ont peut difficilement faire mieux.
 

ici le filtrage ne se fait pas par une spiral mais par un système de «labyrinthe» de 17,5cm , en tout la fumé parcours 25,5cm(en comptant les 1cm de l’embout qui dépasse), le spliff stik mesurant lui même 10,3cm. J’ai pris les mesure directement sur le spiff stik (le fabricant annonce 25cm) par contre les 10cm ajouter au joint que vous avez placé au bout ça fait quand même assez long, si vous avez en tête l’image des fume cigarette l’effet est un peut le même.
 

 
Ont se retrouve facilement à prendre de plus grosse bouffée la fumé étant bien refroidie elle devient plus agréable en bouche, supprimant les effets de «gorge qui gratte».
Si vous venez à perdre un des embout il est possible d’acheter des embout de rechange ou simplement d’utiliser un carton que vous faite vous même, l’effet reste le même et ça peut éviter d’avoir à nettoyer l’embout à chaque fois.
 
Pour en venir à l’entretient qui lui se fait en deux phase, la première phase se fait après chaque joint rouler, il faut nettoyer l’embout en passant un morceau de mouchoir préalablement rouler, il est possible de laver l’ensemble à chaque fois avec un mouchoir (ou un coton tige ça marche aussi tres bien) en le passant dans le corps et entre les rainure du labyrinthe. même si il reste possible pour l’ensemble de ne pas êtres nettoyer à chaque fois, mais pour la durée de vie c’est préférable et pour l’embout c’est nécessaire au vue de tout se qu’il amasse.
La deuxième phase sera un nettoyage périodique, le mouchoir ne peut pas vraiment tout retiré donc même si ça permet de fumer agréablement reste toujours une léger couche qui s’accumule et dans se cas la c’est très simple avant de vous coucher placer le spliff stick dans de l’alcool ménager, âpres une nuit dedans il en ressortira comme neuf, l’acier étant résistant à l’alcool aucun risque de l’abîmer.
 
Pour conclure sur les fume-joint/porte-joint/pipe filtre (le nom n’étant pas vraiment définit on dirait...) la restitution des qualité organoleptique est parfaite , même si se n’est pas de la vapo, ont évite les désagréments de la fumé, mais ne la rend pas non-toxic pour autant je tient à le rappeler.
L’entretient nécessaire est par contre primordial, sans ça il va finir par s’encrasser, gâcher la qualité de votre herbe et peut aller jusqu’à boucher le filtre.
il faut dire que se genre de filtre sera plus prisé par ceux qui fume leur herbe comme certain goûte leurs vins.
1 comment Read more... ›
By Wiko4269,
Le Tabac pas à pas !!!
 
Ici je vais vous donnez toutes les informations pour faire votre propore production de tabac.
 
1°) Législation sur la cultivation du tabac en France:
 
Il est interdit à quiconque de faire profession de fabriquer pour autrui ou de fabriquer accidentellement, en vue d'un profit, des cigarettes avec du tabac sauf dans les conditions prévues par le décret mentionné au 2 de l'article 565 (1) ou, lorsque cette fabrication est effectuée au domicile du consommateur dans la limite de ses besoins personnels, par lui-même, par les membres de sa famille ou par des gens à son service.
 
 
2°) Variété de tabac que je vous conseille:
 
- Tabac BURLEY (Brun)
 
Le tabac Burley est produit dans environ 55 pays, mais la plus grande partie de la production ne provient que de la moitié d'entre eux. Les principaux producteurs de Burley sont les États-Unis, l'Italie, la Corée, le Brésil et le Mexique.
 
Le tabac Burley représente 10% de la production mondiale de tabac.
 
Aux États-Unis, il est cultivé dans les états suivants : Kentucky, Tennessee, Ohio, Virginie, Caroline du Sud, Virginie Occidentale et Missouri.
 
Le Burley est une sorte de tabac légèrement séché à l’air libre, dérivé du White Burley, une forme mutante née dans une ferme de l’Ohio, en 1864.
 
Il est principalement utilisé dans les mélanges de tabacs pour cigarettes. Une partie des feuilles les plus lourdes est utilisée dans les mélanges de tabac à pipe et pour le tabac à mâcher.
 
Le Burley se caractérise par un faible pourcentage en sucres et par un rapport sucres/azote très bas (haute teneur en nicotine).
 
Cela est amélioré par un usage abondant d’engrais azoté, une récolte à la première étape de la sénescence et par le processus de séchage à l’air libre qui permet l’oxydation des sucres.
 
Le Burley a une grande capacité d’absorption des arômes ajoutés à la cigarette (25% de son poids, contre 7-8% pour le Virginie). La couleur des feuilles traitées varie du marron clair au roux et au marron foncé. Les feuilles doivent être exemptes de tâches jaunes.
 
Les plants de Burley sont vert clair, les tiges et les côtes sont blanc-crème. Les feuilles sont un peu plus larges que celles du Virginie et les plants sont généralement plus hauts.
 
Un plant typique porte 20-30 feuilles. Une récolte moyenne est de 2500-3000 livres par acre. Les côtes des feuilles sont enlevées après le séchage.
 
- Tabac de Virginie (Blond)
 
 
- Tabac d'orient (Blond)
 
 
- Tabac mapacho tabac blanc "Nicotiana rustica"
 
 
Le Petit Tabac ou Tabac de jardin (Nicotiana rustica) est une plante de la famille des Solanacées originaire de la  cordillère des Andes (Equateur,Pérou,Bolivie) et qui s'est répandu au Vénézuéla, en Amérique Centrale, au Mexique et dans l'est des Etats-Unis. Il est plus rarement appelé Tabac rustique.
 
Il s'agit d'une espèce de tabac dont les feuilles sont très concentrées en nicotine (9 % contre environ 1 à 3 % dans les feuilles de tabac commun - (Nicotiana tabacum).
 
 
Nicotiana rustica est une plante annuelle de 40-80 cm de haut, couverte de poils glanduleux, à odeur vireuse. Les feuilles ovales,oblongue ou lancéolées, de 10-20 (30) cm de long, sont portées par un pétiole de 5-15 cm de long.
 
Les inflorescences sont des Panicule portant plusieurs fleurs jaunes. La Corolle jaune verdâtre comporte un tube de 1,2 à 2 cm de long, 2 à 3 fois plus longue que le calice.
 
Les fruits sont des capsules subglobuleuses, de 7-16 mm de long. Elles dépassent peu le calice et peuvent contenir des milliers de petites graines brunes.
 
La floraison s'étale durant les mois de juin et juillet.
 
Le centre d'origine du petit tabac (N. rustica ) devrait se situer au Pérou ou au nord-ouest de l'Argentine et c'est au cours de son expansion vers le nord qu'il fut domestiqué. Pour Charles Heiser, la domestication aurait eu lieu au Mexique. Il serait ensuite arrivé dans les régions forestières de l'est des États-Unis vers 180 avant JCet seulement vers 720 après JC dans le sud-ouest des États-Unis, comme l'atteste la découverte de graines dans ces régions. Il occupait tout l'est des États-Unis, du golfe du Mexique jusqu'aux Grands Lacs et au Canada. La culture du tabac n'étant pas vraiment simple, il est d'ailleurs possible que les indigènes nord-américains aient commencé par récolter les formes semi-sauvages. Les découvertes archéologiques en Amérique du Nord indiquent que N. rustica fut utilisé plus tôt et sur un territoire beaucoup plus vaste que N. tabacum.
 
Les Indiens de Colombie et de l’Équateur utilisaient ce tabac alors que ceux d'Amazonie préféraient N. tabacum. En Amérique du Nord, c'était aussi le seul tabac utilisé par les Indiens des régions forestières de l'est, jusque sur les rives du lac Ontario où les Hurons le cultivaient. Le tabac commun (N. tabacum) n'est arrivé dans ces régions qu'avec les colons Britanniques qui l'apportèrent avec eux. Les Espagnols, tout comme les Anglais, adoptèrent N. tabacum, le cultivèrent massivement et l'exportèrent vers l'Europe. Mais la première description européenne du tabac fut quand même celle du tabac à fleurs jaunes, N. rustica par Rembert Dodoens en 1554 (mais il l'illustra avec une représentation de Hyoscyamus lutea, la jusquiame jaune, erreur qui se perpétua assez longtemps). Au cours du XVII.
 
Les Amérindiens de la côte est commencèrent à préférer le tabac commun brésilien (N. tabacum) au tabac de N. rustica.
En raison de son taux élevé en nicotine, N. rustica est consommée pour produire des visions et d'autres états altérés de conscience.
 
Les chamans l'utilisent pour communiquer avec les esprits dans des cérémonies visant à diagnostiquer et guérir des maladies
 
3°) Semis
 
A. Avertissement préalable:
 
La graine de tabac est minuscule et donc assez délicate à manipuler. Par conséquent, attention lorsque l’on ouvre le sachet. Coupez-le avec des ciseaux au-dessus d'une assiette et versez directement vos graines dans un petit pot en verre ou en plastique bien propre et sec que vous mettrez au frigo en attendant de semer.
 
La graine de tabac étant vraiment petite, il faut s’arranger pour la disperser suffisamment lorsqu’on la sème, pour que les plants ne poussent pas trop nombreux ni serrés les uns contre les autres, car ils sont difficiles à séparer ensuite, au moment du repiquage. En outre, s'ils poussent trop serrés, ils vont développer de longues tiges et s'étioler ( = les plantules développent des tiges longues mais fragiles, et quand vous voulez les prendre à la main pour les repiquer, ça casse)
 
Il faut également prendre ses précautions pour l’arrosage car l’eau en ruisselant peut amener les graines, invisibles sur le terreau, à s’agglomérer sans que vous vous en rendiez compte, et du coup même si vous avez semé avec soin, vous avez des paquets de plantules qui luttent entre elles. Par conséquent, je vous conseille de suivre mes conseils.
 
B. Matériel (pour semis économiques)
 
Si vous avez une petite pépinière avec couvercle, c'est parfait, sinon fabriquez-la : Une boîte à oeufs en plastique, ou une boite de crème glacée d’1 litre, ou tout autre conteneur de récupération (ou tupperware transparent, boîte de rangement) capable de recevoir environ 5 cm d’épaisseur de terreau en gardant de l’espace au-dessus pour que les plantes poussent sous le couvercle. Un couteau, du terreau pour semis (quantité selon la taille de votre conteneur, achetez le plus petit format possible en jardinerie ou magasin de bricolage, ou empruntez-en trois poignées à quelqu’un de votre entourage, un voisin...), et du film plastique de cuisine ou un couvercle en carton ou même un journal pour couvrir le conteneur. Percez des trous tous les 5 cm au fond de votre conteneur pour le drainage, et prévoyez un petit plateau pour ne pas salir votre sol lors des arrosages.
Opération semis Que vous comptiez repiquer ces plantes en pleine terre (sud de la Loire, région sans gel) ou dans des pots (préférables pour faire grandir vos plants de tabac jusqu'au vrai printemps) , semez dès le début février, et jusqu’au début mai. Au moment du semis:
Mettez environ 10 cm cm de terreau dans votre conteneur et tassez à la main. Passez la boite sous le robinet pour imbiber le terreau, laissez égoutter dans l’évier, pendant que vous re-tassez et égalisez la surface afin qu'elle soit le plus régulière et droite possible (quand vous aurez fait ça votre terreau se sera tassé et vous aurez environ 5-6 cm de profondeur, c'est ce qu'il faut) Prenez une petite pincée de vos graines de tabac et étalez-les dans la paume de votre main. Avec l’autre main, saisissez-les en tâchant d’en prendre aussi peu que possible entre le pouce et l’index et parsemez votre terreau en frottant vos doigts dans un mouvement tournant. Répétez l’opération en répartissant sur toute la surface du terreau. Sachez que dans une pincée il peut y avoir plus de 100 graines, donc n’ayez pas peur de ne pas avoir assez de plants! Il y en aura toujours plus que vous ne pouvez en repiquer, quoi que vous fassiez. (Attention, ne recouvrez pas le graines de terreau, laissez-les exposées en surface). Couvrez la boite de film plastique de cuisine et posez le tout au chaud quelque part chez vous (pied de radiateur, dessus de frigo, rebord de fenêtre, attention, pas trop de chaleur, l’idéal c’est 18 à 20°), en veillant à ce que les graines ne soient pas exposées au soleil direct (si vous n’avez qu’un rebord de fenêtre ensoleillé couvrez la boite d’un carton ou d’un journal). S’il n’y a pas beaucoup de lumière ce n’est pas grave pour la germination, en revanche il faudra en donner quand les graines auront levé. Il est important de ne pas déranger la surface à partir du moment où vous avez semé, par conséquent, n’arrosez pas: faites tremper la boite dans quelques centimètres d’eau au fond de l’évier de temps en temps si vous avez l’impression que le terreau sèche. Les graines seront ainsi humidifiées par en-dessous et ne s’aggloméreront pas (sinon utilisez un vaporisateur ou un brumisateur, mais n'arrosez jamais avec quelque chose qui ruisselle franchement sinon vous allez vous retrouver avec des paquets de graines qui se concentreront dans les déclivités de votre bac à semis et vous ne pourrez plus démêler les racines au moment du repiquage. (NB pour les amateurs de l'autre plante qui se fume aussi, et que je ne nommerai pas, le tabac maison est exactement ce qu'il vous faut pour fumer pas cher, mais n'essayez pas de le faire lever dans du coton, la graine est beaucoup trop petite, suivez plutôt mes conseils...)
 
Selon les conditions, les semis lèveront entre 3 et 20 jours plus tard. Soyez patient, la graine de tabac a un très bon taux de levée (entre 80 et 90 % des graines lèvent) , mais ça peut parfois paraître long quand on attend. Un matin, vous verrez une minuscule brume verte sur votre terreau : c'est parti ! NB: dans le doute, puisque vous avez assez de graines, faites trois ou quatre boîtes de semis au lieu d’une, et mettez-les dans des endroits différents, plus ou moins lumineux, plus ou moins chauds. Vous verrez bien ce qui marche le mieux, et ça vous permettra plus de choix pour sélectionner les plus beaux plants à repiquer. Avec la quantité que je vous ai envoyée, vous avez de quoi ensemencer tout un département (sans blague) donc n 'hésitez pas à faire pas mal de semis. Quand vos plants seront adultes, vous pourrez en garder un en fleur, et le laisser fructifier, et vous aurez de cette manière assez de graines pour faire face aux années suivante, pas la peine d'économiser. La graine de tabac c'est comme la graine de tomate, elle se reproduit intacte si on a des plants.
 
 
4°) Plants
 
Les plantules sont prêtes pour le repiquage en godets lorsque les 2 premières feuilles font 1,5 cm au moins (vous pouvez attendre plus). Entre la levée et ce moment, pas grand chose à faire: arroser avec un vaporisateur (fabriqué à partir d’un vieux flacon de produit pour les carreaux bien rincé) de façon à ce que les plants soient toujours dans le terreau humide (ceci dit, même si on oublie quelques arrosages la plante tient le coup, elle est très résistante) Mais surtout, exposer à la lumière. Mes plants sont en serre à partir de la levée fin février, mais on peut les mettre au jardin, sur une terrasse ou un balcon, du moment qu’il n’y a pas de gel (les rentrer le soir si la température risque de descendre en dessous de 5° la nuit). Plus ils auront de lumière, d'air, de soleil, plus ils seront beaux.
Opération Repiquage  
Quand les pousses ont des feuilles de 15 mm, c’est bon pour le repiquage, mais on peut largement attendre davantage, ils se repiquent très bien avec des feuilles de 5 cm ou plus, ils supportent bien de patienter en pépinière, il faut juste éclaircir un peu (si vous avez semé trop dense, vous le verrez, il y aura trop de plantules dans votre pépinière, arrachez des touffes par-ci par-là pour donner de l'air aux autres) , et c’est même mieux d’attendre, de façon à sélectionner les plus vigoureux (la croissance est assez inégale selon les plantes). Pour repiquer, on doit pouvoir essayer de mettre en pleine terre dès avril si on est au sud de la Loire, moi je ne prends pas le risque et je préfère les repiquer en godets en serre froide pour qu’ils soient bien costauds, et les mettre en pleine terre après les Saints de Glace (vers le 15 mai donc) ; donc, pour les repiquer en godets, préparer des petits godets de terreau, même la plus petite taille convient très bien, les mouiller d’avance, faire un petit trou avec le doigt ou un crayon, assez profond, car la petite racine blanche des plantules descend assez bas, puis sortir les plantules en les soulevant avec une lame de couteau ou une petite cuillère. On en sort 4 ou 5 d’un coup de cette manière, il faut choisir le plus vigoureux et jeter les autres (on a normalement largement assez de plantules pour en sacrifier deux sur trois) et le placer délicatement dans le trou, en pinçant la terre autour pour le maintenir, sans enterrer le collet, comme pour les salades.
 
 
Placer les godets deux ou trois jours sans soleil direct, le temps qu’ils se remettent (les plantes vont « pleurer » un peu au début, mais se ragaillardissent vite) puis les mettre au soleil et ne pas oublier de les arroser souvent, ils boivent beaucoup à partir de cette période, car ils grandissent énormément par rapport à la taille de la plantule d'origine. Ca peut devenir aussi gros qu'une jeune laitue romaine même dans un petit godet. Et gare au gel possible (couvrez la nuit si vos godets sont dehors).
 
5°) Plantation
 
Quand vos plantes ont grandi en godet (c'est à dire quand les feuilles font au moins dix centimètres de long, pour que même si les limaces en mangent, ça ne tue pas la plante) et que le gel n'est plus à craindre, vous pouvez les mettre en pleine terre. Selon la région, on peut planter de début avril à mi-juin, il vaut mieux ne pas dépasser juin car si la croissance en hauteur est assez rapide, la maturation des feuilles prend du temps quand on n’habite pas dans le Mississipi ! Si on a planté en mai c’est bon pour la récolte à partir de fin août, (le tabac de Virginie se cueille feuille à feuille au fur et à mesure de la maturation, à partir du bas, on ramasse donc jusqu’en octobre) Le sol importe peu et on peut planter comme on veut, en lignes, en carrés… il faut toutefois respecter un écart d’au moins 60 centimètres entre les plants, et un mètre entre les rangs. Les feuilles de Virginia Gold peuvent atteindre 60 centimètres de long, la hauteur de la plante peut dépasser les deux mètres, il leur faut un peu d’espace vital…
Les tabacs aiment le soleil, mais j’en ai eu qui ont très bien poussé à mi-ombre.
Arroser et biner si la pluie manque, mais en principe une fois en terre, cette plante très rustique, qui pousse partout dans le monde (climat tropical, méditerranéen, tempéré, continental, a priori le tabac s'en fout, c'est un vrai bonheur) peut être littéralement oubliée jusqu’à la récolte. Enlever les gourmands à l’aisselle des feuilles, comme pour les tomates. C’est le bonheur du jardinier bio : pas besoin d’engrais (du moins, dans la plupart des sols qu'on trouve en France, mais mettez-en si vous trouvez que la croissance traîne : en principe vos plants de Virginia doivent faire entre 1,70 et 2,20 m fleurs comprises, et vos plants d'Oriental entre 1,20 et 1,50 m, à la fin de l'été quand ils fleurissent. Ils n'ont aucun souci avec les sols argileux, mais je ne sais pas trop pour les sols calcaires ) ni de pesticide, ni de fongicide. J’ai rarement vu une plante aussi naturellement saine (ceci dit c’est peut-être aussi parce la culture du tabac avec grandes concentrations de plantes a disparu du territoire, il n'y a donc plus d'épidémies, et les insectes ravageurs n'ont pas l'habitude de cette plante, qui est en outre repoussante pour certains d'entre eux, notamment les pucerons) . Faites attention aux gastéropodes quand les plants sont encore petits, ceci dit. Eventuellement mettez de l'anti-limace autour de vos jeunes plants. Les limaces et les escargots et les limaces peuvent se régaler de quelques feuilles au début, mais si vous avez planté à la bonne taille, ils ne tuent pas la plante pour autant (pas comme les plants de salades !) ils bouffent les feuilles extérieures mais ça repart de plus belle de l'intérieur, donc on peut les laisser. Les insectes pollinisateurs aiment bien les fleurs de tabac, qui ne posent pas de problème pour eux (pas de souci pour abeilles ni papillons donc) Et en ce qui concerne les petites mammifères herbivores, genre lièvres, d'après ce que j'ai pu constater, elles n'y touchent pas. (PS : ça me fait souvenir de vous rappeler que le tabac contient une substance active, nommée nicotine, qui lorsqu'elle est concentrée peut être un poison violent, soyez-en conscient. Ce ne sont pas des laitues que vous faites pousser... Ne laissez pas traîner vos feuilles de tabac, surtout quand elles sont sèches, genre par exemple à un endroit où un enfant de 2 ans pourrait y goûter. Ce n'est pas très probable, mais il faut en être conscient quand même : ce que vous faites pousser est une drogue qui, concentrée, peut tuer ; qui est tellement addictive que, même fauché, vous allez au bureau de tabac en acheter... En gros, ce que vous aurez dans votre garage ou votre grenier ou vos bocaux une fois le tabac récolté et séché, peut se comparer toutes proportions gardées à un médicament de type somnifère (un stupéfiant, pour parler le langage juridique) dans votre armoire à pharmacie. Ne le laissez pas entre toutes les mains. N'en donnez pas, sauf à des gens responsables, et n'en vendez pas. Il y a un gros vide dans la loi par rapport à votre auto-production innocente, mais si vous essayez de commercialiser des feuilles de tabac fraîches ou sèches, ou s''il arrive un accident à cause de ça, des conséquences pénales sont possibles. Merci, si vous donnez des graines de tabac à des amis, de leur donner mon guide avec, ou au minimum de les mettre en garde comme je le fais.
 
Pour la culture de la plante elle-même : Les fleurs de tabac , roses et en grappes, sont très jolies, malheureusement, si on veut plus de concentration en nicotine dans les feuilles de la plante, il faut supprimer les bourgeons floraux avant l’éclosion. et je trouve la teneur en nicotine du tabac satisfaisante malgré tout (comparable à celle des cigarettes blondes du commerce. En fait, la différence que vous allez trouver dans votre tabac maison, ce n'est pas la teneur en nicotine, c'est plutôt le goût, à cause de tous les additifs que les industriels mettent dans les cigarettes du commerce. Il se peut que ces cigarettes vous déçoivent au début parce qu'elles sont très douces au goût, étant à peu près dépourvues d'additif. Mais si vous vous observez bien, et si vous vous connaissez bien comme fumeur, vous verrez qu'elles satisfont votre besoin de nicotine.)
 
L’avantage de garder les fleurs, c’est qu’on a ses graines pour les années suivantes (à récolter en octobre quand les gousses sont bien noircies et s’entrouvrent. Un petit truc : pour savoir quand les graines sont prêtes à récolter, secouez la grappe de cosses noircies qui est sur le plant : ça doit faire un léger bruit de maracas, en tout cas, les graines ne doivent pas coller entre elles quand vous écrasez la cosse, mais au contraire se détacher sans problème. Sachez que les graines que je vous ai vendues ne sont pas hybrides (et accessoirement sont complètement bio) par conséquent, si vous laissez les plantes issues d'elles fleurir, elles produiront des graines de qualité identique. A vous donc de garder vos semences d'une année sur l'autre ). Vous pouvez garder un plant sur 10 en fleur (le plus beau, le plus grand de préférence, pour avoir de la graine de qualité) et supprimer les fleurs sur les autres pour concentrer la nicotine. Une plante doit vous fournir quelque chose comme 5 à 10 grammes soit environ 50 000 à 100 000 graines, qui se conserveront au moins 4 ans. De quoi semer largement l'année prochaine, et même en offrir aux amis (Bio). C'est un patrimoine que les multinationales agricoles sont en train d'essayer de détruire.
 
En principe, le signe de maturité de la feuille de Virginia, c’est le jaunissement (les feuilles du bas se récoltent en premier, elles virent au jaune d'or) mais sous nos climats tempérés, surtout au Nord de la Loire, j’ai l’impression que ce phénomène de jaunissement ne se produit pas si facilement (étés « pourris », manque de soleil). Une feuille sur trois environ vire au jaune pâle ou au jaune d’or (il faut vite la cueillir alors, et la suspendre pour séchage) mais les autres, soit restent vertes en pâlissant un peu, soit se mettent à sécher sans mûrir et virent au brun sur le plant. J’ai donc depuis mes débuts pris le parti de cueillir, à partir de mi-septembre, les feuilles les plus anciennes, celles du bas de la plante, même encore vertes, et de ramasser systématiquement dès que je le vois le tabac séché tout seul au soleil sur le plant (il y a toujours des petites feuilles qui sèchent comme ça, en particulier en bas ) pour mise en bocaux directe. Après, il faut cueillir en remontant du bas vers le haut de la plante. Et j’avoue, même si les feuilles « jaunes » qui ont donné son nom au Virginia Gold sont légèrement meilleures en qualité, il n’y a pas grande différence dans le produit fini selon que l’on a mis des feuilles vertes, jaunes ou brunes. Le secret, c’est le temps. Le tabac n’est pas bon tout de suite. Il a peu d’arôme, un léger arrière-goût, il laisse une impression désagréable dans la bouche, quand il est trop jeune (si on le fume direct après cueillette) et les parfums qu’on peut ajouter (whisky, vanille, réglisse, caramel) n’y changent rien avant quelques mois d’affinage. Il faut de la patience. Après, c'est une question d'habitude. A six mois (vers février) il est bien meilleur qu'en octobre, mais un tabac vieux d'un an (fumé en septembre de l'année suivant sa récolte) est encore bien meilleur qu'un tabac de six mois, et rien ne vaut un tabac de deux ans bien conservé (comme le vin, en fait) ; alors évidemment il faut une bonne organisation si vous pensez vous auto-suffire. En général, vous fumerez votre récolte de l'année précédente en regardant pousser celle de l'année en cours. Le tout, c'est d'en avoir fait assez pour tenir un an. Méfiez-vous, ça part très vite. Surtout quand on n'a pas besoin d'aller au bureau de tabac et de sortir les sous, et qu'on n'est jamais en panne vu qu'on en a vingt cageots au garage. Faites pousser au moins vingt beaux pieds par personne pour un fumeur raisonnable sur un an. Au moins.
 
6°) Séchage et Affinage
 
Si l’on est pressé de fumer son tabac blond de Virginie, il faut le sécher en étuve ou au four (flue-curing en anglais). Je n’ai pas d’expérience de cette pratique, qui permet de développer les arômes (par l'oxydation des carotènes) en quelques jours, mais réclame en principe, pour un meilleur résultat, la construction d’une chambre à sécher avec une résistance et un ventilateur voyez le site « coffinails » (https://www.coffinails.com, en anglais) ou l'article « tobacco curing » sur wikipédia (https://en.wikipedia.org/wiki/Curing_of_tobacco, en anglais aussi). Il faut des températures relativement élevées, qu'on remonte progressivement pour faire la réaction chimique normalement obtenue dans le vieillissement. Au four de cuisine, ça peut se faire aussi, à chaleur ventilée, assez faible (140 ° max) en liasses de dix feuilles qu'il faut retourner et re-brasser régulièrement pendant plusieurs heures. C'est assez fastidieux, à faire seulement si on ne peut pas avoir le local pour sécher à l'air.
 
A partir de fin août, on peut ramasser tous les jours les feuilles les plus avancées (en principe, les plus basses sur la tige, et au fur et à mesure on remonte) L’avantage d’une récolte au fur et à mesure, c’est que le travail n’est pas trop fastidieux. Quand on a ramassé ses quelque trente ou quarante feuilles mûres de la journée, on en a pour un petit quart d’heure, vingt minutes de préparation seulement.
couper des tronçons de fil de fer fin d’environ 20 cm. Passer chaque tronçon dans la côte centrale de la feuille, à la base de la tige et fermer la boucle. Dans un local sec, aéré (grenier idéal, sinon garage, voire auvent si on n’a pas mieux) tendre des cordes à linge ou des fils de fer solides, et suspendre les feuilles la tête en bas en recourbant l’autre extrémité du fil de fer qui y est enfilé. Eviter que les feuilles se touchent si possible, soit en les écartant, soit en les suspendant avec des tronçons de fil de longueur différentes pour les étager. Dans l’idéal, il faut que les feuilles sèchent tout en conservant une certaine humidité, en demeurant « souples ». Elles ne doivent en principe ni se dessécher, ni moisir. Dans la pratique, il est difficile d’éviter le dessèchement, mais on peut le compenser en re-humidifiant lorsqu’on met en bocaux. En revanche, au premier signe de moisissure (une moisissure grise se développe d’abord sur la tige, avant de gagner la feuille) il faut décrocher les feuilles atteintes, essuyer la tige et les placer dans un endroit plus chaud (chez vous, par exemple, dans un cageot à proximité d’un radiateur, et en pensant à les remuer de temps en temps pour aérer.  
Le séchage initial (quand les feuilles sont fraîches) prend 3 semaines environ dans un grenier ou un garage (cela dépend un peu de la température, ça va plus vite en septembre qu’en novembre, ça va plus vite dans le Var que dans le Pas-de-Calais), ensuite on peut stocker les feuilles bien sèches en cageots pour le faire vieillir, ou les préparer pour l’affinage en bocaux. Le tabac prend nettement moins de place, haché et en bocaux, qu’en cageots… Et il prend bon goût de la même manière.
Et c’est plus facile de lui garder la bonne humidité. Le dessèchement le rend moins bon, si cela arrive il faut ré-humidifier.
 
Pour le trancher avant de le mettre en bocal, il y a plusieurs méthodes :
S’il est souple (= s’il a gardé une certaine humidité) prendre la feuille, détacher la « chair » de la côte centrale et ôter les nervures secondaires, former une liasse de quelques morceaux de feuilles, la rouler serré et la trancher aussi finement que possible avec un gros couteau bien affuté. Répéter le tranchage au couteau dans l’autre sens. Puis hacher le tabac avec un hachoir manuel à fines herbes (pour avoir la taille de coupe que l’on veut) ou le passer au hachoir électrique ou au robot ménager (mode « râper les légumes) en essayant plusieurs grilles. Le mettre ensuite en bocaux de verre fermés, en rectifiant l’humidité si nécessaire. S’il est très sec et s’effrite tout seul, le mieux est de le réduire en « flocons » en le brisant à la main dans un grand saladier jusqu’à ce qu’il ait la taille « roulable » ou tubable (j'avoue que le tubage est plus pratique avec le tabac sous cette forme). Il faut ensuite impérativement le ré-humidifier. Remplir un bocal de verre type « le parfait » aux deux-tiers de tabac haché, puis ajouter quelques gouttes d’arôme : alcool de fruit parfumé de préférence, ou essences de fruits, sinon whisky, rhum , porto ou même calva, sirop de réglisse, caramel, miel, arôme de rose (à acheter dans épiceries orientales ou asiatiques, personnellement je trouve que c'est ce qui rapproche le plus le tabac maison des blondes du commerce, je pense que les industriels en mettent dans ce qu'ils nous vendent) et vanille liquide… selon les goûts. Bien mélanger pour répartir, et laisser au moins quelques heures avant d’utiliser. S’il est trop humide pour la combustion lorsque vous voudrez le fumer, il suffit d’en sortir une poignée et de la poser dans un bol ou une assiette, à l’air ; il sèche vite. Vous trouverez au bout d’un moment le degré idéal d’humidité pour le roulage, c’est une question de pratique.  
 
Idéalement, il y en a qui disent (comme mon ami le néo-zélandais qui m'a tout appris sur son blog) qu'il faut que le tabac ait séché suspendu un an au moins pour être vraiment agréable, ceci dit c’est, encore une fois, une question d’habitude. L'idéal serait de laisser le tabac accroché ou empilé en cageots quand on peut, tant qu'on ne s'en sert pas, mais ça c'est si, comme les industriels ou les gens équipés, on a un local qui permet de lui garder le taux d'humidité idéal (celui qu'il a dans le paquet quand on achète du tabac à rouler), or tout le monde n'a pas ça, résultat, il risque de moisir dans les premières semaines (quand il est frais) et après il risque de dessécher, ce qui le rend moins bon. Ce qu'il faut, c'est qu'il soit séché mais reste souple. Donc, pour les gens qui sont dans l'artisanat comme vous et moi, quand le tabac récolté a séché trois ou quatre semaines (vous verrez bien quand ça sera prêt, il suffit de le rouler, s'il se consume, c'est bon, sinon, c'est pas prêt) le mieux est de le mettre en bocal fermé avec du liquide si nécessaire (pas beaucoup, en secouant bien). il fermente légèrement comme ça, et il prend du goût, et il reste humide juste ce qu'il faut.
 
On peut le fumer avant un an, il faut juste s’y faire. Vérifier de temps en temps les bocaux, secouer un peu, rajouter du liquide si ça sèche trop (en principe, le bocal de verre bien fermé conserve idéalement et maintient l'humidité ).On peut aussi le mélanger à du tabac du commerce très aromatisé (style tabac à pipe ou brun à rouler) pour le corser et fumer quand même moins cher !
 
D’après mon expérience, le tubage à la machine est le meilleur moyen de consommer ce tabac. Les machines à tuber et les tubes sont d’un coût modique, j’ai calculé que vingt cigarettes « maison » reviennent à 36 centimes d’euros.
 
Pour finir : le Virginia Gold est un tabac dit « de combustion », il sert aux industriels pour faire du poids dans les cigarettes, mais il n’a pas énormément de goût en lui-même. Si vous aimez les cigarettes un peu corsées, il faut faire pousser du Burley (aussi appelé Maryland) et de l’oriental, pour mélange.
 
Compter un rendement de 100 à 300 grammes de tabac sec par plante , pour être réaliste (ça peut être plus). Le goût de ce tabac est vraiment très agréable quand on est habitué(e), mais soyez prévenu(e) : c'est différent de ce que vous achetez, ne comptez pas produire du tabac qui ressemblera à votre marque favorite. Ce sera à vous de vous faire un nouvelle expérience de ce que c'est que fumer. C'est subtil, un peu vanillé, un peu feuille morte, un peu herbe sèche parfumée, beaucoup moins désagréable – parce que plus naturel- pour les non fumeurs de votre entourage que ce que vous fumez d'habitude, surtout quand c'est froid le lendemain. La cendre est très légère (c'est là qu'on voit que les goudrons sont le résultats en grande partie des additifs). Faites attention quand vous la secouez de votre cigarette, vous risquez de faire tomber la braise et tout le reste avec. Tenez vos cigarettes le bout allumé en l'air, et quand vous les rangez dans le paquet, c'est filtre en bas, sinon elles se vident. Bref, le tabac maison, ce sera du travail, et une adaptation de votre part, mais le jeu en vaut la chandelle.
 
Voila un tutoriel general, prochainement je vous dirais comment moi je les cultive en interieur.
0 comments Read more... ›
By Jackhaschich ,
Voici une méthode pour fumer de l'huile sur une cigarette.
 








0 comments Read more... ›
By azmaster,
Salut à tous !
 
J'ai lu de nombreux topics sur les blunts au fil de mes recherches sur ce site, mais aucun ne présentait clairement cette étrange "feuille" à rouler, au goût fruité ou naturel. Je proposerai ici un guide de roulage avec pas mal de conseils, mais j'ne peux pas prêter mes mains (qui galèrent disons-le ) et sachant qu'une blunt est plus difficile à rouler qu'un joint "normal", il faudra un petit peu plus de patience. Ensuite je présenterai quelques marques que j'affectionne particulièrement .
 
Tout d'abord, un blunt, c'est quoi ?
 
 
Il s'agit d'une feuille de tabac un peu plus longue qu'une feuille king size, toutes celles que j'ai testé ne possédent pas de collant, qui peut soit être directement prélevée d'un cigare ou achetée dans tout bon bureau de tabac, pour le prix d'environ 2 à 3€ les deux.
 
<-- Voilà à quoi ça ressemble tout prêt .
 
Les marques à privilégier pour les blunts "naturels" sont Phillies et Swisher Sweets, malheureusement quasi introuvables en France ... Pour les blunts des bureaux de tabac, vous avez le choix ! Royal Blunt, Kingpin ... Ce sont deux références pour moi. Pour les différents goûts, je peux seulement vous dire mon préféré, j'ai nommé Jamaican Rum ! Les goûts et les couleurs ne se discutant pas, je ne peux pas vous éclairer là-dessus. Privilégiez les goûts qui se marient bien avec ce que vous mettez dedans . Mais par pitié, évitez le goût chocolat ("Dark Chocolate" chez Royal Blunt), rien que l'odeur est écœurante et weed+chocolat (le vrai qui se mange ), c'est bof bof, c'est tabou !
 
Maintenant que vous avez votre matériel, on va pouvoir passer à la pratique !
 
How to roll a blunt ?
 
(Je ne parlerai pas des cigares, seulement qu'il faut le vider à l'aide d'un cutter. Pour le reste, c'est presque pareil.)
 
Bon voilà, vous avez ce joli emballage coloré dans les mains, et pleeeein de matos à mettre dedans . Vous allez remarquer qu'à l'intérieur, vous avez plusieurs feuilles autour d'un tube en plastique. Vous pouvez le jeter il sert juste à pas qu'elles ne collent entre elles et qu'elles ne s’abîment pendant leurs longs trajets en camions, avions, bateaux, sous-marins, poneys ...
 
Bon voilà, vous avez votre feuille dans les mains. Normalement elle est pas trop sèche, légèrement humide. Si c'est pas le cas, mettez la dans un bain d'eau pendant quelques minutes ou avec un brumisateur ça marche aussi, c'est moins bourrin et donc moins galère à rouler après , sinon direction frigo ! Pour ce qui est du marroco ou du carton, ça dépend totalement de vos goûts, mais n'est-ce pas sacrilège que de mettre un marroco pour de la bonne verte ? . Faîtes en un assez large, genre du 8mm de diamètre. Ensuite mettez votre matière à l'intérieur, plus qu'à l'ordinaire car une blunt est très large. Après, roulez comme vous pouvez . Non sérieux allez y doucement, sans vous précipiter, parce que la feuille se déchire ultra facilement, et on a pas la même sensation de "toucher" ce qui est à l'intérieur quand on roule avec une blunt épaisse. Une fois que ça ressemble à quelque chose, léchez, léchez, léchez, léchez jusqu'à plus avoir de salive. Si vous avez pas de salive, ou simplement la flemme il existe des colles à blunts sur le net, mais bon c'est un peu un achat inutile je trouve ... Certaines blunts ont un coté dentelé, c'est là qu'il faut lécher dans ce cas, sinon, faîtes comme une feuille normale.
 
Votre cône en main, il faut tasser plus que d'habitude, parce que les trous d'air sont nombreux, surtout les premières fois. Bon, vous êtes parés pour l'allumage. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'une blunt ne s'éteint pas si vous le posez dans un cendrier, elle va continuer de se consumer. Donc réservez ces bébêtes pour des soirées avec un ou plusieurs potes, car les effets sont tout simplement multipliés, avec du bon matos dedans c'est interminable tout seul, sauf si vous voulez passer une soirée à plus pouvoir bouger, même pour allumer la télé et être coincé sur LCP toute la nuit . Allumes, et enjoy !
 
Méthode de roulage plus facile, mais plus longue :
 
Faites un cône sur un pinceau assez large, puis mettez votre matière dedans, en tassant régulièrement avec un autre pinceau ou un stylo. Mais encore une fois, faites attention, ça m'est déjà arrivé de passer au travers de la blunt en tassant.
 
<-- Vous vous retrouvez avec ça !
 
Ha oui, le méga blunt, c'est un collage, mais c'est encore plus dur à rouler du coup ! . En espérant que ce topic en ai éclairé quelques uns, ou enrichi les connaissances d'autres, je vous souhaite bien du bonheur !
 
Partagez vos expériences et vos goûts, ou même vos astuces que je me ferai une joie de rajouter ! Peace !
 
Dad's label
0 comments Read more... ›

6 guides in this category

Sign in to follow this