High Rabbit

CannaWeedeur
  • Content Count

    557
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

685 Weedeur Sage

2 Followers

  • vSizzla
  • manuel valls

About High Rabbit

  • Rank
    Lapin aux crottins magiques qui donnent le kilo!

Profile Information

  • Genre
    Homme

Recent Profile Visitors

871 profile views
  1. Plop. Il est un peu con cet article, non ? Des obstacles empêchent l’industrie du cannabis d’être inclusive et diversifiée "Des obstacles" ?! Je ne crois pas non, juste le fonctionnement normal du capitalisme. Oui pour pouvoir lancer une entreprise il faut déjà disposer de fonds propres et donc ne pas faire partie des classes populaires. Et oui, les banques ne prêtent qu'aux riches, ce n'est pas nouveau.Ne peut devenir capitaliste que qui possède déjà un portion de capital, les autres sont priés de vendre leur cul sur le marché du travail. Je ne vois vraiment pas la pertinence d'aborder cette problématique par le prisme communautaire quand le prisme des inégalités sociales fonctionne si bien : les noirs ont plus de mal à monter une entreprise non parce qu'ils sont noirs, mais parce qu'ils sont pauvres. Pl°p.
  2. Plop ! Merci @Bigmath pour cet article. Les réactions au dit article me laisse pantois cela dit. Sur ce forum quiconque se montre un tant soit peu critique envers le cannabis ou envers l'usage qu'on peut en avoir est aussitôt voué aux gémonies : Alors que le propos du docteur en question est mesuré, réfléchi et qu'il parle visiblement d'expérience. Il ne jette notamment pas l’opprobre sur une consommation ludique du cannabis (qu'il distingue d'une consommation médicale ou religieuse/spirituelle) mais essaye de tracer une ligne entre ce qu'il considère comme un usage raisonnable et un usage excessif/nocif. Crier au scandale parce que quelqu'un à le malheur d'exprimer une telle opinion, c'est nier qu'il puisse y avoir un usage problématique de cette plante (cf @UFCM-I Care qui compare l'addiction au cannabis et l'addiction au couscous...) Pourtant, à ce titre là, je peux témoigner que fumer au quotidien ne m'est plus profitable que pour le côté évasion (évasion = fuite = difficultés à affronter le réel), alors qu'une consommation hebdomadaire me permet d'avoir de réelles illuminations cannabiques, des éclairs d'inspiration ou de compréhension métaphysique. Et si Marie-Jeanne au quotidien ne m'élève plus spirituellement, qu'elle me permet juste d'être stone avec les yeux rougis, c'est qu'elle m'abaisse. Ce n'est sans doute pas par hasard si une grande dame du cannabis telle que Michka Seeliger-Chatelain, qui vante en outre ses vertus spirituelles, promeut une consommation d'un space-cookie par semaine. Il n'y a qu'à jeter un oeil sur le topic qui suit pour se convaincre que la consommation moyenne du cannaweeder moyen est très nettement au delà que ce seuil : Le docteur auteur de l'article explique essentiellement que la légalisation du cannabis est problématique dans une société de consommation comme la notre, où tout un chacun doit pouvoir avoir accès à tout tout le temps (et tout ce qui s'y oppose est qualifié de "liberticide") parce que le cannabis n'est pas un objet de consommation mais une plante enthéogène. Cette même société de consommation est infantilisante (la littérature (scientifique ou non) surabonde à propos du fantasme de régression infantile voire intra-utérin qu'engendre notre beau monde moderne) : nous sacrifions tout à notre hédonisme quand la plupart des spiritualités mettent en garde contre les méfaits pour l'homme des excès en tous genres. Idem pour le citoyen qui est plus que jamais considéré comme un enfant duquel on titille les affects et jamais l'intellect (c'est une des clefs de la communication politique et commerciale, merci Edward Berneys). Ce qui fait que nous sommes en gros tous des enfants soumis à leurs pulsions (si on ne cède plus à nos pulsions, on arrête d'acheter compulsivement des objets inutiles et la croissance s'écroule => le système doit nous maintenir à ce stade de sous-développement humain) et que dans ce cadre là, laisser un libre accès aux drogues qui ne seront donc jamais utilisées que dans un cadre récréatif, peut s'avérer problématique. C'est en tous cas ce que je comprends quand il explique que "Je crains aussi que de nombreux adultes dans nos sociétés modernes n’aient pas plus de 12 ans en termes de maturité psychoaffective." Mais allez expliquer ça aux ricains qui ne voient dans le cannabis qu'un nouvel or vert à développer massivement, à coter en bourse et à vendre sous toutes les formes possibles et imaginables. Le docteur Mabit loue les vertus du cannabis et en condamne les excès : Une des difficultés de notre monde aujourd'hui, ce qui nous empêche de vivre ensemble, c'est le manque de codes communs(1), qui font qu'une société est une société et non un ramassis d'individualités (Mme Thatcher ayant déclaré qu'il n' y avait pas de société, seulement des individus, on pourrait reprocher cet état de fait à la société libérale dont elle a été une des architecte, mais je voudrais pas faire de politique). Si l'histoire des drogues nous apprend quelque chose, c'est bien que leur usage a de tout temps été ritualisé, soumis à des règles sociales (plus ou moins) strictes et cela sans doute parce qu'il est apparu très rapidement que l'usage de toute drogue n'était pas anodin. Je lisais par exemple il y a peu un bouquin sur l'alimentation dans la Grèce antique et il y avait un chapitre consacré au vin, boisson que les grecs ont largement intégrée à leurs rituels religieux, à leurs fêtes et à leurs banquets. Mais même dans le cadre d'un banquet par exemple, son usage était très ritualisé, on ne se pochtronnait pas à la légère, il y avait des façons de faire très codifiées (vin systématiquement coupé à l'eau, servi dans un grand contenant commun, buvait qui devait parler, alcool interdit avant 30 ans et ivresse réprouvée avant 40 ans, etc). Or dans notre société ce type de codes seraient perçus comme liberticides, ce qui est sans doute vrai, et on rejetterait la faute sur les individus ainsi qu'illustré ci-après : Or comme le rappelle l'auteur de l'article : Or, si l'on postule (comme souvent lorsqu'on est, comme moi, en faveur de la légalisation du cannabis voire des autres drogues) qu'on n'éradiquera jamais ni les drogues ni leurs "consommateurs", c'est bel et bien le contexte sur lequel on peut jouer, sauf à laisser seul l'individu face à la substance (avec les risques d'utilisation excessive, mal maîtrisée, etc). Quand, où et comment (et à quelle fréquence) estimons-nous en commun qu'il est sain de recourir à telle ou telle drogue ? @spamaboite interprète ça en termes de politique de santé publique, ça me parait pertinent, mais on pourrait aller plus loin. Le doc Mabit a sous les yeux une culture où l'usage des psychotropes est très encadrée et où ils servent surtout à soigner les gens sous la stricte supervision d'un chaman. On ne peut espérer (ni même souhaiter) créer ex nihilo une telle culture autour du cannabis et son exemple nous semble extrême, mais commencer à réfléchir au rapport que l'on souhaite entretenir et développer avec cette plante, non seulement à titre individuel mais aussi collectif, ne me parait pas sot, surtout au sein de notre communauté de growers. Une activiste telle que Michka ne dit rien d'autre quand elle parle d' : " Un manuel du bon usage [qui] pourrait suggérer qu’avant d’allumer un joint, on se donne une seconde de réflexion pour s’assurer que c’est une bonne idée, là, maintenant. Et, si la réponse est oui, que l’on prenne une autre seconde pour poser une intention, pour énoncer mentalement ce que l’on souhaite favoriser, par exemple la créativité, la convivialité ou, au contraire, l’intimité, ou encore le sentiment d’union avec la nature… Le cannabis ne convient pas à tout le monde. On en revient à l’éternelle question d’être attentif aux messages de son corps, d’identifier ce qui nous sert et ce qui nous entrave, et d’en tenir compte. D’agir en conscience. " Pl°p ! (1) j'aurais pu parler de valeurs communes, mais cela faisait trop écho à Soral (du site duquel est tiré l'article (ce qui ne signifie pas qu'il ait été écrit pour le site de Soral, lequel ne le publie sans doute que pour critiquer la gauche bobo fumeuse de pétards)) qui se prétend de "la gauche du travail et de la droite des valeurs", ignorant à l'instar de tous les nazillons de sa trempe que les valeurs françaises traditionnelles qu'il promeut n'existent plus, qu'elles ont été recouvertes par deux siècles d'industrialisation et de déchristianisation et par 80 ans de déferlement de culture de masse américaine. Les valeurs de demain seront la solidarité, la poésie et l'écologie et du chanvre (graines, fibres, fleurs) de partout, pas travail-famille-patrie. Mort aux fafs !
  3. Plop. Aah, les Pays-Bas et leur amour de la petite paysannerie... Sauf à considérer l'hypothèse de lifeisorganic (création de coopératives), c'est encore les gros soutenus par la finance mondialisée qui vont emporter le marché... Youpi. Pl°p.
  4. Plop. Aah, les Pays-Bas et leur amour de la petite paysannerie... Sauf à considérer l'hypothèse de lifeisorganic (création de coopératives), c'est encore les gros soutenus par la finance mondialisée qui vont emporter le marché... Youpi. Pl°p.
  5. Plop. Quelqu'un pour m'expliquer cette phrase : Les indica sont-elles réellement plus dosées en THC que les sativa ou est-ce juste une lubie de journaliste ? Merci à qui me répondra. Pl°p.
  6. Plop ! Dans la mesure où le chanvre est présent dans la moitié des préparations d'une bonne partie des pharmacopées traditionnelles du monde, ne serait-il pas judicieux pour l'humanité de prendre le réflexe, à chaque maladie émergente, de faire fumer les malades, juste au cas où... Pl°p !
  7. Plop ! Beh oui, faut se lancer et essayer des trucs avant de demander de l'aide sur le fofo. Par exemple, avant de faire pousser du canna dans un placo (ce qui est hyper technique et demande de grosses notions de biologie végétale), faudrait peut-être essayer de voir ce que ça donne de faire pousser une laitue ou des radis en extérieur, juste pour voir à quoi ressemble une plante qui pousse. Parce que quand on est foutu de sur ou de sous-arroser du canna c'est qu'on a nettement besoin d'aller faire un tour dehors pour voir à quoi ressemble une fleur, m'est avis. Mais puisque 'il faut aider les béotiens voilà une technique infaillible : - tu arroses quand ton terreau se décolle du pot et que le dit pot est léger comme un truc tout sec (et déjà il est trop tard, mais pas suffisamment pour que ta plante en meurt. Certes, en cas de sécheresse excessive; elle va ralentir un peu sa croissance, mais ça tu t'en fous puisque tu es un béotien et que 10g/plante te paraitra déjà être un beau score in fine) - s'il est trop sec pour être arrosé, tu fous ton pot dans une récipient plein d'eau jusqu'à ce que le dit pot soit aussi lourd que l'eau moyenne (à savoir qu'un litre d'eau pèse en moyenne un kilogramme, un litre de terreau imbibé devrait pesé un peu moins qu'un kg). Mais mieux vaut arroser un peu avant d'en arrive à ce stade de sécheresse parce que ce système d'arrosage par bain, s'il convient aux bonzaïs, ne convient pas sur le long terme aux plantes nitrophiles puisqu'il se fait par capillarité et par osmose et que l'osmose revient à échanger de l'H2O contre des ions - manger ou boire il faut choisir, en somme -. Mais le meilleur conseil à donner en terme d'arrosage est le suivant : ne soyez pas bêtes !!! Pl°p !
  8. Plop. Non, la taille n'a rien d'obligatoire. Si c'est ta première culture et que tu n'as pas de limite de hauteur imposée par le voisinage, laisse ta plante vivre sa vie et observe déjà comment elle se développe naturellement Pl°p.
  9. DE = japonais L = cyrillique A = runique G = latin R = phénicien A= runique I = braille NE = cioréen A = runique L = cyrillique A = runique Ré = musique C = braille O = grec L = glagolitique T = runique E = phonétique T= runique T= runique O = grec U = latin T = runique E = phonétique S= grec D = cyrillique N = S = grec G = latin U = latin I = braille DE = japonais S= grec Ca = japonais Na = japonais w = latin
  10. Bin le "dans" il est écrit en toutes lettres avec un caractère inédit pour le D et le N, pour la raison que tu évoque à propos du DE et du NE.
  11. Si, dans "De la graine a la récolte tout est dans les guides cannaweed" la première lettre fait office de D et de E comme à la fin de guide. La seule lettre qui colle pas c'est celle à la fin de graine, qui fait le NE mais qui aurait pu/dû s'écrire avec le N runique de "dans" et un € à l'envers pour le E.
  12. Plop ! Non mais qu'est-ce que vous voulez faire face à une concurrence aussi brillante ??! Bravo Kimbzh !
  13. Plop ! Eh oh, remettons les pendules à l'heure : 4h20, c'est tôt le matin, pas l'heure du goûter ! Outre que lâcher les indices en pleine nuit laisserait une chance aux lève-tôt et aux insomniaques, ça serait surtout foutrement plus logique ! Les modos ont peut-être mieux à faire à 4h du mat' vous me direz, mais être modos sur cannaweed ne tient-il pas du sacerdoce et le sacro-saint 420 ne mérite t-il pas un sacrifice de quelques heures de sommeil ? (cherchez pas trop hein, la réponse est "si" dans les deux cas, pour ceux qui auraient des doutes) Boutade mise à part, j'ai hâte de voir ce que peut donner un quizz CW. Bonne chance aux participants ! Pl°p.
  14. Plop ! euh je pense tu as sauté une ligne dans le 2nd article Et dans le premier article aussi : Pl°p !