International

L’initiative regardant le chanvre sera consignée le 13 janvier
By Guest,

Les signatures valables et prêtes à être consigne à la Chancellerie fédérale sont 105000. Prés des communes on en signale encore 2 ou 3000.
 
Source : CIRC Paris
Pour être sur que tous les signatures qui nous ont été adresse seront correctement consignées aux autorités on a fixe la date du 13 janvier 2006 comme jour de la consigne.
Un tracteur marchant à l’huiler de chanvre se dirigera a 10 :30 heures avec tous les signatures en faveur de l’Initiative sur la Terrasse Fédérale. Du vin brulé sera offert aux présents.
 
Nous nous réjouissons d’une forte présence de sympathisants du chanvre et donc on vous invite tous à venir à Berne.
 
Point de rencontre: 10.30, terrasse du Palais fédéral, Berne
Ensuite: Apéro et Fête (go to: Fourtwenty, Kramgasse 3, 3011 Berne)
Plus d'information: Ben (ben@projugendschutz.ch, 078’743’37’09) ou Mosi
(mosi@fourtwenty.ch, 079'702’83’78)
 
 
Merci de cœur à tous ceux qui nous ont aidé, même financièrement : sans vous on n’aurait pas réussi à faire aboutir l’Initiative !
 
Avec nos meilleurs vœux pour un bon Noël et un 2006 plein de satisfactions,
 
Ben Arn
Comité Protéger la Jeunesse contre la Narco-Criminalité
www.protectionjeunesse.ch
 
2 comments Read more... ›
Une loi vaudoise pour surveiller le marché légal du chanvre ?
By Guest,
Le canton de Vaud aura-t-il une loi sur la culture et le commerce du chanvre et de ses produits dérivés ? Une commission du Grand Conseil devra bientôt apporter une première réponse à cette question. Hier, une motion du libéral François Payot, qui demande une telle loi, a été transmise à une commission.
 
Pour ce député, Vaud deviendrait « pionnier en Suisse romande », en suivant l’exemple de Bâle-Campagne. Le 25 septembre dernier, plus des deux tiers des votants de ce canton acceptaient un texte qui soumet les commerces à une autorisation et les producteurs à une obligation d’annoncer. Une loi « qu’il suffit de traduire et d’accommoder à la sauce législative vaudoise pour doter notre canton d’une base solide et claire dans ce domaine très sensible », explique François Payot. Le Tessin et le Liechtenstein connaissent des dispositions légales similaires.
 
Source : Chanvre-info
Fermer un commerce
 
La consommation, interdite par la législation fédérale, n’est pas concernée par la démarche parlementaire du libéral. La loi qu’il souhaite aurait pour but de prévenir les « abus » liés au marché du chanvre légal. Elle servirait « à faire fermer plus rapidement qu’aujourd’hui un commerce illégal », explique-t-il. « C’est une question de lisibilité. Avec une telle loi, tout un chacun saura que faire s’il veut se lancer sur ce marché. Si on ne déclare pas la culture et sa destination, on est sanctionné. Un commerce serait interdit dans le périmètre d’une école. Enfin, la traçabilité des produits serait possible, leur taux de THC connu. » Pour François Payot, en adoptant leur loi, les Bâlois ont tourné le dos à leur politique d’ouverture. Bâle-Campagne avait en effet demandé en 1997 une dépénalisation. Mais c’est à cause de la recrudescence des productions et commerces de chanvre illégal que l’opinion publique a changé, selon lui.
 
Pourtant, la question de la consommation se blottit dans un détail de la loi bâloise. Au-dessous de dix plants de chanvre, l’annonce n’est en effet pas obligatoire. « Je n’ai pas l’impression qu’une personne qui cultive une dizaine de plants le fait pour autre chose que pour la consommation », concède François Payot dans un sourire. Opposé à toute dépénalisation comme le demande l’initiative fédérale « pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse », le libéral se veut partisan d’une ligne pragmatique.
 
Initiative fédérale
 
Le prochain dépôt de l’initiative fédérale, en décembre, relancera le débat sur la dépénalisation de la consommation, mais le Grand Conseil vaudois devrait aussi passer par là lorsqu’il discutera du fond de la motion Payot. Car les partisans de la tolérance zéro chercheront à éliminer ce seuil de dix plants. « Cela donnerait une couverture pour des entreprises illégales », explique par exemple Eric Bonjour (udc). « Nous verrons bien comment la nouvelle loi bâloise s’appliquera, mais on risque de voir se développer la consommation indigène. » Si le canton de Bâle-Campagne a fini par faire cette loi, c’est après avoir été « libéral » en matière de consommation de cannabis, estime-t-il. Dans le canton de Vaud, en revanche, l’attitude restrictive de la police en matière de consommation fait qu’une loi sur le marché du chanvre n’est pas d’une brûlante nécessité.
 
Pour le vert indépendant Jean-Marc Chollet, en revanche, une loi cantonale est inutile. « Elle ne changerait pas grand-chose, estime-t-il. « Devrait-on mettre sur pied une armada de fonctionnaires pour appliquer les contrôles ? Et comment la Police cantonale pourrait-elle contrôler des dizaines de milliers de personnes dans le canton ? » Favorable à l’initiative fédérale, Jean-Marc Chollet verrait mieux une loi qui préviendrait la consommation des adolescents. « Mais il faudrait viser aussi l’alcool et le tabac qui font bien plus de dégâts que le chanvre », précise-t-il. I
 
Le député voudrait prévenir les « abus » liés au marché du chanvre légal.
 
0 comments Read more... ›
Soutien à André Fürst
By Guest,
Lettre ouverte adressée au président de la Suisse, aux institutions publiques et aux média suisses, signée par les spécialistes tchèques en matière de prévention et de thérapie des dépendances aux drogues.
 
Source : Chanvre-info
République tchèque, septembre 2005
 
Cher Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,
 
La Suisse était pour nous le symbole d’un pays qui n’a pas tout à fait succombé à l’hystérie de la guerre inefficace contre les drogues. Dans la prévention contre les stupéfiants, cette guerre promue par les USA à travers le monde entier donne des résultats les plus catastrophiques.
 
Nous avions toujours considéré votre pays comme un pays ayant une politique des drogues rationnelle.
 
Pour cette raison, nous sommes très inquiets concernant le procès et la condamnation de Monsieur André Fürst par le tribunal de Morat.
 
Les activités de Monsieur Fürst dans le domaine de l’utilisation industrielle et médicale du chanvre sont depuis longtemps bien connues (et pas seulement) des gens de notre pays et son site d’Internet international https://www.chanvre-info.ch/ possède un niveau professionnel très élevé.
 
Pour les raisons évoquées ci-dessus nous vous prions, Cher Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, de bien vouloir faire tout ce qui est possible dans les limites que vous accorde la loi et dans l’intérêt humain pour obtenir l’annulation de toutes les charges retenues contre Monsieur André Fürst.
 
Veuillez agréer, Cher Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, l’expression de nos meilleurs sentiments.
 
Signataires :
_Mgr. Dusan Dvorák, Olomouc, thérapeute, manager, co-fondateur de la Société des maladies de la dépendance de la Société tchèque de médecine de _Jan Evangelista Purkyne
_MUDr. Petr Jerábek, Ph.D., psychiatre, médecin en chef et directeur du Sanatorium psychiatrique de _Bila Voda près de Javorník, membre du comité de la Société des maladies de la dépendance de la Société tchèque de médecine de Jan Evangelista Purkyne
_PhDr. Lenka Holá, Ph.D, Moravicany - Doubravice, professeur à l’Université d’Ostrava, co-fondatrice de l’Association des médiateurs de la République tchèque
_MUDr. Pavel Kubu, Praha, médecin de prévention et directeur de la section IT du Sananim - la plus grande organisation non-gouvernementale en matière de prévention et de thérapie des dépendances aux drogues
_Mgr. Jirí Richter, Praha, pédagogue spécialisé, manager, président de l’Association des organisations non-gouvernementales en matière de prévention et de thérapie des dépendances aux drogues
_PhDr. Ivan Douda, Praha, psychologue, co-fondateur de Drop In - la plus grande fondation en matière de prévention et de thérapie des dépendances aux drogues - et du premier programme de réduction des risques en République tchèque
_PhDr. Pavla Dolezalová, Praha, thérapeute, coordinatrice de la politique des drogues de la Région de Bohême centrale
_Bc. Jaroslav Frantisek Zák, thérapeute, Trebíc, président du Collège des experts de la Charité de diocèse à Brno
 
0 comments Read more... ›
Pas de taxes pour les énergies renouvelables
By Guest,
A la libéralisation du marché de l’électricité suisse, une taxe devrait être prélevée pour les énergies renouvelables. Alors que le premier choc pétrolier à 30 ans, on veut encore imposer le citoyen pour des investissements structuraux prévisibles mais reportés à chaque baisse du brut. La flambée des cours ne vient pas que de la voracité de l’économie chinoise ou des ouragans. De nombreuses fautes stratégiques ont été commises par les gouvernements successifs. Les compagnies pétrolières bénéficient d’une pénurie qu’elles ont organisée. Les consommateurs et les PME payent l’addition.
 
Source : Chanvre-info
Les besoins croissants des pays émergeants ne date pourtant pas d’hier, aucune structure suffisante n’a été construite, aucune alternative n’a été développée, surtout pour le transport et le chauffage. Plutôt que de lever une taxe pour financer leur aveuglement, nos gouvernants devraient promouvoir, donc d’autoriser et de détaxer, l’usage de produits et de systèmes de substitution. Par exemple, l’huile végétale mélangée au gazole ou pure, le système Pantone pour rouler à l’eau, les fibres végétales mélangées aux plastiques ou directement thermomoulées, le chauffe-eau solaire ...
 
Dans ce développement, le chanvre présente le plus d’avantages pour l’agriculteur et pour la planète. Huile, fibre, poussière pour remplacer le pétrole et protéines de qualité pour les hommes et le bétail, aucune plante n’en donne autant. En plus, elle sécrète une résine qui enivre et soigne bien des maux. Des centaines de millions d’humains l’apprécient surtout pour cela. Est-ce que quelques dizaines de milliers d’adolescents qui font leur crise en abusant du joint doivent priver l’humanité de tant de bénéfices ? Cette filière dégagerait assez de bénéfices pour prendre en charge l’information, la prévention et le traitement des abus bien mieux que ne le fait le système actuel. Il est plus que temps de passer au chanvre.
 
0 comments Read more... ›
Politique de la drogue : lettre d'intention à Pascal Couchepin
By Guest,
BERNE - Des partis et des associations maintiennent la pression pour relancer le débat sur la drogue après l'échec de la révision de la loi. Ils demandent d'ancrer la politique des quatre piliers dans la loi et de trouver un compromis sur le cannabis.
 
Source : CIRC Paris
Une lettre d'intention a été remise lundi au conseiller fédéral Pascal Couchepin par des parlementaires du PDC, du PRD, du PS et des Verts. Elle définit une stratégie d'ensemble pour développer une "politique cohérente" en matière de drogues et de dépendances, ont indiqué le Groupement romand d'études sur l'alcoolisme et les toxicomanies (GREAT) et l'organisation alémanique Fachverband Sucht.
 
Les signataires sont d'avis que la loi actuelle sur les stupéfiants est "contradictoire, obsolète et inapplicable" et ne reflète pas les progrès enregistrés ces dernières années dans la politique de la drogue. Des solutions concrètes et appropriées doivent être recherchées pour répondre
aux problèmes de dépendance, qu'ils soient liés à des substances légales ou illégales.
 
Les articles non contestés du projet rejeté par le National en juin 2004 doivent être ancrés sans délai dans la loi. De plus, un compromis susceptible de réunir une majorité concernant le cannabis doit être trouvé afin d'obtenir une clarification législative nationale et un renforcement de la protection de la jeunesse. Enfin, une vision politique cohérente du problème des dépendances doit être adoptée au niveau suisse.
 
Le Parlement a déjà remis l'ouvrage sur le métier, une commission du Conseil national ayant été autorisée en mai à préparer un projet de loi incluant les éléments susceptibles de rallier une majorité.
0 comments Read more... ›
Loi cantonale sur le chanvre à Bâle Campagne
By Guest,
La majorité du peuple de Bâle-Campagne vient d’adopter une loi cantonale sur la production et le commerce du chanvre et ses dérivés. Sous un aspect assez répressif se cache une disposition anti-commerciale qui ravira bon nombre de nos lecteurs dans ce canton. La production de chanvre est soumise à déclaration et autorisation à partir de 10 plantes. A contrario, 10 plantes peuvent vivre leur vie sans contrainte.
 
Source : Chanvre-info
En Suisse, ce qui n’est pas interdit est autorisé. Les habitants de Bâle-Campagne peuvent désormais agrémenter leurs balcons et leurs jardins de 10 plantes de chanvre ornemental. Vous pouvez aisément trouver sur Internet des conseils pratiques pour les transformer à votre guise en bonzaï, haie ou sapin de Noël.
 
Ces plantes ne sont pas autorisées pour un but lucratif. Par conséquent, les Bâlois refusent un système marchand qui attire les débordements. Par contre, cette loi protège les consommateurs en introduisant une alternative au marché noir. D’autre part, elle éduque la jeunesse qui doit découvrir la rudesse du travail horticole, la patience d’attendre une récolte, la sagesse pour la gérer. L’achat compulsif de chanvre n’est pas autorisé. Le narcotourisme ne va pas reprendre.
 
Ce ne sont certes pas les propositions de l’initiative Pro-chanvre mais c’est une solution pragmatique à ce problème. La question cruciale sera celle du contrôle des commerçants de produits dérivés parfaitement légaux. Il ne faudrait pas que cette loi cantonale débouche sur les abus constatés dans les cantons de Neuchâtel ou au Tessin.
 
Laurent Appel
 
0 comments Read more... ›
Canada: De la marijuana à la pharmacie en 2006 ?
By Guest,
Le ministère fédéral de la Santé est sur le point de remettre sur les rails
son projet de vente de marijuana certifiée en pharmacies.
 
Source : CIRC Paris
Selon Christopher Williams, un porte-parole du ministère, Ottawa est à la
recherche de quelques pharmacies, en milieux urbain et rural, pour
participer à un projet pilote au cours du premier trimestre de 2006.
 
Les pharmacies participantes tiendraient des stocks de marijuana médicinale
à l'intention de patients autorisés. Le Canada deviendrait ainsi le second
pays après les Pays-Bas à permettre un accès plus facile à cette drogue par
le biais des pharmacies.
 
Actuellement, 943 personnes sont autorisées à posséder de la marijuana pour
soigner des maladies allant du sida à la sclérose en plaques. Les médecins
de ces personnes ont assuré que les médicaments traditionnels n'avaient pas
donné de résultats.
 
Sur les 943, 695 ont la permission de cultiver la plante. Santé Canada a
aussi autorisé 77 producteurs à fournir de la marijuana à d'autres
patients.
 
Par ailleurs, l'entreprise Prairie Plant Systems cultive l'herbe à Flin
Flon, au Manitoba, en vertu d'un contrat de 5,75 millions $ obtenu du
gouvernement fédéral, et fournit la drogue à 237 Canadiens.
 
La compagnie produit des bourgeons de marijuana contenant environ 14 pour
cent de THC, le principal ingrédient actif de la drogue.
 
Un sachet de 30 grammes de bourgeons séchés se vend actuellement 150 $ et
est livré directement au patient ou à son médecin par messagerie.
 
Mais, depuis la visite de certains responsables du ministère de la Santé
aux Pays-Bas en 2003, le ministère essaie de voir comment des pharmacies
pourraient devenir des intermédiaires entre le producteur attitré et les
patients.
 
Au départ, Ottawa avait prévu de mettre son nouveau programme en place l'an
dernier, mais la réglementation autorisant les pharmacies à distribuer la
marijuana n'est entrée en vigueur que le 7 juin dernier, après une longue
période de consultations.
 
«Lorsque nous aurons recruté les pharmaciens, nous nous assurerons qu'ils
reçoivent une formation spécialisée pour distribuer de la marijuana à des
fins médicales», a indiqué M. Williams, au cours d'une entrevue.
 
Les premières pharmacies à offrir le service seront vraisemblablement des
établissements de la Colombie-Britannique, a affirmé Robin O'Brien, une
pharmacienne de Vancouver qui a été approchée pour agir en tant que
consultante. De son côté, Christopher Williams a indiqué qu'«idéalement,
nous voudrions que ça soit implanté dans plus d'une province».
 
Un document interne du ministère indique qu'il pourrait s'écouler trois ans
avant que la mise en place d'un réseau national de distribution via les
pharmacies ne soit réalisée.
 
0 comments Read more... ›
Le retour du cannabis, la dépénalisation est relancée
By Guest,
L’initiative populaire lancée après le rejet de la loi sur les stupéfiants est à bout portant. On parle déjà d’un contre-projet.
 
Source : La liberté.chLa dépénalisation du cannabis est relancée
 
Initiative à bout portant · L’occasion d’un nouveau débat sur la légalisation du cannabis sera donnée avec le prochain dépôt de l’initiative populaire « Pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse ». Celle-ci avait été lancée quelques jours après l’enterrement parlementaire de la révision de la loi sur les stupéfiants. 127 000 signatures ont déjà été récoltées, selon ses initiants, ce qui est largement plus que nécessaire. Elles seront déposées le 6 décembre. Le projet est à prendre au sérieux compte tenu du soutien parlementaire dont il dispose déjà. > 9
 
« Depuis le démantèlement des magasins de chanvre, le commerce du cannabis échappe au contrôle de la police car il s’effectue à nouveau dans la rue », note le conseiller national Geri Müller. Pour l’écologiste argovien, cette situation démontre l’échec du statu quo et crée un climat favorable à un nouveau débat sur la légalisation du cannabis.
 
L’occasion en sera donnée avec le prochain dépôt de l’initiative populaire lancée quelques jours après l’enterrement parlementaire de la révision de la loi sur les stupéfiants. Coprésident du comité d’initiative, Geri Müller indique que 127 000 signatures ont déjà été récoltées, ce qui est largement supérieur aux exigences légales. Elles seront déposées le 6 décembre. Porté à l’origine par les jeunesses de trois partis gouvernementaux (sauf l’UDC), le projet est à prendre au sérieux compte tenu du soutien parlementaire dont il dispose déjà.
 
 
Tout un programme
 
L’intitulé de l’initiative « pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse » est en soi tout un programme. Les initiants entendent ainsi démontrer que leur objectif n’est pas d’encourager la fumette mais de protéger les jeunes en éradiquant le marché noir. Concrètement, le texte correspond au projet qui était en discussion devant le parlement. Il autorise la culture et la consommation du chanvre psychoactif pour son propre usage tout en chargeant le Conseil fédéral de réglementer le marché. Cela signifie que les produits seraient contrôlés, que la vente devrait avoir lieu dans des établissements agréés et qu’elle serait interdite aux mineurs.
 
Le 14 juin 2004, le Conseil national a fermé la voie à une solution de ce type en refusant pour la deuxième fois d’entrer en matière sur le projet du Conseil fédéral, contrairement à la Chambre des cantons. La dépénalisation était soutenue par les socialistes, les écologistes et la moitié du groupe radical. Elle était combattue par les démocrates-chrétiens, les démocrates du centre, les évangéliques et le reste des radicaux. Le comité d’initiative qui s’est immédiatement constitué pour porter la question devant le peuple comprend une douzaine de parlementaires fédéraux déçus par la décision de leurs pairs. Il ne s’agit pas seulement de socialistes et d’écologistes mais aussi de PDC, d’UDC et de radicaux.
 
 
Contre-projet indirect
 
Coprésidente du comité d’initiative, la conseillère nationale radicale Christa Markwalder (BE) ne nie pas la difficulté d’établir un nouveau consensus, d’autant qu’il subsiste sur ce sujet une différence de sensibilité entre la Suisse romande et la Suisse alémanique. Elle place ses espoirs dans un contre-projet indirect émanant du parlement. L’occasion en est donnée par la commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national qui a décidé de remettre l’ouvrage sur le métier.
 
 
Vers un compromis
 
Dans un premier temps, la commission entend ancrer dans la loi les éléments les moins contestés du projet avorté devant le parlement. Il s’agit notamment du principe dit des quatre piliers sur lesquels repose la politique de la drogue, à savoir la prévention, la répression, la thérapie et la réduction des risques. Dans un second temps, elle reviendra sur la question du cannabis. Les pistes jusqu’ici évoquées sont de nouvelles mesures contre la vente de drogue aux mineurs et l’idée émise par le PDC de sanctionner les consommateurs de cannabis par de simples amendes d’ordre. Les initiants font peu de cas de cette seconde suggestion. Ils comptent sur la pression suscitée par leur projet pour inciter la commission à élaborer un compromis acceptable.
 
 
Chronologie
 
1992 : le Conseil fédéral autorise les premiers essais de distribution d’héroïne sous contrôle médical.
 
1997 : rejet de l’initiative répressive « pour une jeunesse sans drogue ».
 
1998 : rejet de l’initiative « Droleg » (légalisation des drogues dures et douces).
 
1999 : rejet du référendum contre l’arrêté sur la prescription médicale d’héroïne.
 
2000 : le Conseil fédéral se prononce pour la décriminalisation de la consommation du cannabis.
 
2001 : le Conseil des Etats approuve la révision.
 
2003 : le Conseil national refuse d’entrer en matière.
 
14 juin 2004 : le projet est définitivement enterré.
 
20 juillet 2004 : lancement de l’initiative « pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse ».
 
0 comments Read more... ›
Lettre de protestation contre la condamnation d'André Fürst
By Guest,
Le monde sombre dans la folie.
 
 
En Suisse, un homme vient d’être condamné à la prison pour avoir fait l’air pur, pour avoir pris le soin de la terre et avoir fait pousser des plantes qui peuvent donner presque tout ce dont on a besoin pour vivre. André Fürst, le propriétaire de Chanvre-Info, que je perçois personnellement comme l’une des personnes les plus actives dans la restauration de la culture du chanvre, vient d’être condamné pour la production et le commerce de stupéfiants par le tribunal de Morat qui a interprété la législation suisse en vigueur d’une manière contraire au sens commun.
 
Source : chanvre-info
Le chanvre peut être utilisé pour la fabrication de plus de 20.000 produits utilisables dans pratiquement tous les domaines d’activité humaine. La culture du chanvre représente un potentiel encore à découvrir qui pourrait assurer un bon niveau de vie dans les communes rurales, restaurer une agriculture écologique et assumer un rôle important dans le développement durable du territoire. Le chanvre nous donne l’opportunité de ré-établir des liens coupés entre l’humanité et la nature - tout en utilisant des technologies renouvelables.
 
Il est très triste que malgré tout le progrès obtenu en technologies et connaissances dans les domaines du vivant et non-vivant de la recherche scientifique, l’humanité n’a pas encore pleinement compris l’importance cruciale de la culture du chanvre. Il faudrait encore consolider nos nouvelles connaissances sur le chanvre, gagnées à travers l’utilisation des technologies modernes et renouvelables, avec les anciennes connaissances de nos ancêtres qui utilisaient cette plante depuis toujours.
 
Tandis que les activistes du chanvre sont persécutés, la loi ne fait rien contre par exemple des sociétés pétrolières qui sont directement responsables de la combustion de carburants fossiles. Ces sociétés ne sont pas sanctionnées malgré le fait que leur activités produisent de telles quantités d’oxyde de carbone que le cycle naturel de carbone de la Terre en est sérieusement perturbé. Pourtant, l’oxyde de carbone est justement le gaz causant l’effet de serre qui contribue majoritairement au changement climatique reflété par de nombreuses catastrophes naturelles.
 
Essayez seulement de comparer le danger représenté par un champs de chanvre avec les risques découlant d’un accident de tanker ! Je ne saurais voir aucun argument humainement acceptable pour punir un homme qui ne détruit pas, ne pollue pas ni ne nuit à l’environnement naturel, mais qui au contraire essaie de trouver une solution aux problèmes d’environnement et sociaux en cultivant et en utilisant une plante. Le chanvre a joué un rôle important à travers l’histoire humaine en faisant partie de toutes les grandes civilisations dès la Mésopotamie, l’ancienne Grèce et Rome, depuis la Chine jusqu’à la Russie, depuis l’Égypte jusqu’au Cap Horn, depuis l’Amérique du Nord jusqu’à l’Amérique du Sud. Pendant la 2ème guerre mondiale, le chanvre a également contribué à la victoire des États-Unis, mais où en est-on aujourd’hui ?
 
Je refuse la sentence d’André Fürst, propriétaire de Chanvre Info, à une peine inconditionnelle de 29 mois de prison et une amende de 150.000 francs (autour de 98.000 euros) le punissant pour avoir travaillé pendant de nombreuses années sur le développement d’une filière agro-industrielle des méthodes d’utilisation écologique du chanvre.
 
Vous pouvez également soutenir la lutte d’André Fürst contre l’injustice en envoyant une lettre de protestations aux autorités suisses.
 
Hana Gabrielova, expert en agriculture agréé, Ceske Budejovice, République tchèque
 
 
0 comments Read more... ›
La Suisse ne doit pas faire la guerre au chanvre
By Guest,
Monsieur (Madame),
 
je vous manifeste mon indignation de la condamnation d’André Fürst, patron de Chanvre-Info, à 29 mois de détention pour une affaire de chanvre. Cette injustice entache l’image exemplaire de la démocratie suisse. M. Fürst est victime d’un scandaleux revirement politique sous pressions occultes. Une victime de plus dans l’inefficace guerre à la drogue que G.W.Bush vous impose pour faire oublier l’Irak, l’Afghanistan et autres turpitudes.
 
Source : chanvre-info
 
Depuis le 11 septembre, l’administration US, relayée par un lobby international religieux, sectaire et néoconservateur, fait pression par tout moyen sur les gouvernements, les politiciens et les media des pays réformateurs en matière de drogues. Le président Bush veut renforcer la prohibition et couper la tête des leaders pro-cannabis. La scandaleuse tentative d’extradition vers les USA du grainetier canadien Marc Emery est un autre exemple récent de ces méthodes totalitaires. La Suisse comme le Canada doivent défendre leur politique, pas suivre ce fou dangereux.
 
Le long processus suisse d’élaboration d’une stratégie efficace était un modèle d’expertise et de concertation. La plupart des Cantons appliquaient par avance une politique tolérante envers les usagers et des centaines de magasins et de chanvriers. La Suisse devait dépénaliser la consommation et réglementer le marché. Toutes les commissions scientifiques ou politiques, le Conseil Fédéral et même le Parlement en première lecture ont approuvé cette démarche novatrice. Pourquoi vous renier et revenir à la répression brutale ?
 
André Fürst a respecté les recommandations de votre projet avorté de réglementation. Il a milité et investi pour un chanvre biologique aux multiples usages, utile tant pour sauver l’agriculture sans subventions que pour réguler un problème social majeur. Sa cause semblait triompher jusqu’au revirement du Parlement et ses conséquences judiciaires inacceptables. André Fürst est coupable d’avoir anticipé, comme tant d’autres, une réforme consensuelle enterrée sans motif valable. Au 21ème siècle, en Suisse, on ne peut pas jeter un homme en prison pour avoir participé à l’amélioration de la société. C’est une purge stalinienne, d’abord on suscite la réforme pour mieux pendre les leaders. Vous devez intervenir pour rétablir l’équité et la morale.
 
Pour faire cesser cette parodie avant qu’elle ne fasse trop de victimes, vous devez user de votre influence pour faire instaurer un moratoire, une amnistie générale et des grâces à titre exceptionnel sur les affaires concernant le chanvre pendant la période de 96 à 04. Vous pouvez faire cesser les activités controversées en attendant le vote de l’initiative populaire Pro-chanvre, pas condamner les activistes que vous avez laissé faire pendant tant d’années. Ce n’est pas juste, ni moral et encore moins efficace ou pragmatique. Les guerres de Bush ne sont pas notre combat.
 
Poursuivez la réforme de la politique des drogues, en Suisse comme à l’ONU. Freedom to Farm !
 
Laurent Appel
Journaliste
Strasbourg (France)
 
Merci de copier ce document, de le signer de votre nom, profession, ville et canton ou pays. Vous pouvez l’adresser par tout moyen aux adresses suivantes, ainsi qu’aux représentations suisses de votre pays et à toute personne ou organisation qui vous parait concernées. Le fax et le courrier sont plus difficile à filtrer que les mails.
 
D’avance merci pour votre soutien
 
Chanvre-Info
 
Pour tous
Président de la Confédération Helvétique
Samuel Schmid
Palais fédéral est
CH - 3003 Berne
tél. : 031 324 50 33
fax : 031 323 57 82
e-mail : samuel.schmid@gs-vbs.admin.ch
 
Pour les Suisses
Conseiller fédéral, Chef du Département Fédéral Justice et Police
Christoph Blocher
Palais fédéral ouest
CH - 3003 Berne
christoph.blocher@gs-ejpd.admin.ch
 
Pour les étrangers
Conseillère fédérale, Département fédéral des affaires étrangères
Micheline Calmy-Rey
Palais fédéral Ouest
CH-3003 Berne
Tél. (+41) 031 322 21 11
Fax (+41) 031 324 90 47
https://www.calmy-rey.admin.ch/f/contact/cntrequest.aspx (copier dans le formulaire)
 
Pour les organisations politiques NGO et CSO
Division politique III - Nations Unies, Organisations internationales, Environnement, Culture, Francophonie
Bundesgasse 28
CH-3003 Berne
Tél. : (+41) 031 323 23 46
Fax : (+41) 031 323 21 30
e-mail : PA3A@eda.admin.ch
 
Pour tous
Direction de la sécurité et de la justice (DSJ) du canton de Fribourg
Claude Grandjean, Conseiller d’Etat
Grand-Rue 26, Case postale, CH-1701 Fribourg
Chancellerie d’Etat - Rue des Chanoines 17 - Case postale -
1701 Fribourg
Tél : 026 305 10 45 - Fax 026 305 10 48
https://admin.fr.ch/cha/fr/pub/meta_navigation/contact.cfm (copier dans le formulaire)
 
 
 
0 comments Read more... ›
Le « prince du pot » menacé d’extradition (Suite de l'affaire Marc Emery...)
By Guest,
Le chef du Parti marijuana de la Colombie-Britannique, Marc Emery, a été libéré vendredi 5 août, après le paiement d’une caution de 50 000 $.
 
 
Arrêté le 29 juillet, ce Canadien de 47 ans fait l’objet d’une demande d’extradition des autorités américaines pour avoir vendu des graines de cannabis via Internet à des acheteurs au sud de la frontière.
 
Très connu en Colombie-Britannique pour son activisme en faveur de la décriminalisation du cannabis, Marc Emery est un entrepreneur prospère. Sur son site Internet, il se vante d’avoir vendu des millions de dollars en graines de cannabis à travers le Web et dans sa boutique de la rue Hastings.
 
Source : Chanvre Info
Au pays, cette vente, bien qu’illégale, est tolérée. Mais aux États-Unis, on ne plaisante pas avec les drogues. Les partisans de Marc Emery dénoncent « l’ingérence » des autorités américaines, et soutiennent qu’il s’agit d’une persécution politique. S’il est extradé, Marc Emery risque au minimum 10 ans de prison.
 
Radio Canada
 
0 comments Read more... ›
Liberté pour Marc Emery, un militant canadien producteur de graines de cannabis.
By Guest,
LIBERTE POUR MARC EMERY
 
Un militant canadien producteur de graines de cannabis, Marc Emery a été arrêté le 29 juillet par son gouvernement à la demande de l'agence etatsunienne Drugs Eforcement Administration (DEA). Il court le risque aujourd'hui d'une extradition aux Etats Unis où il pourrait être condamné à la prison à vie, voire même à la peine de mort, pour la vente de graines de cannabis via internet aux citoyens étatsuniens. La production et la vente de graines de cannabis n'est pas un crime au Canada, mais apparement la souveraineté canadienne est soumise à rude épreuve sous la férule de la machine de "guerre à la drogue" des Etats Unis.
 
Source : CIRC Paris
On en parle sur le forum : Actions CIRC
Il est extrêmement important que les européens ré-agissent face à cette dangereuse escalade. Car si les Etats Unis réussissent à imposer leurs desiderata au Canada, l'Europe pourrait aussi l'être prochainement. En conséquence, nous appellont tous les citoyens européens opposés à la "guerre à la drogue" à se joindre à l'action.
 
Du samedi 10 au vendredi 16 septembre 2005, dans le monde entier des manifestations se dérouleront, à l'initiative des collectif de soutien à Marc Emery, devant les ambassades et bureaux consulaires canadiens pour demander au Canada de ne pas capituler devant la demande des Etats Unis, et de ne pas extrader Marc Emery vers les Etats Unis, pour des activités qui n'enfreignent pas les lois canadiennes.
 
Pour trouver l'adresse de l'ambassade canadienne la plus proche, consultez : https://www.dfait-maeci.gc.ca/world/embassies/menu-en.asp
 
Vous pouvez adresser un message au Ministre de la Justice canadien, Monsieur Irwin Cotler (Avec une copie à votre député et lui demandant de faire de même...) à cette adresse : webadmin_at_justice_dot_gc_dot_ca (remplassez _at_ par @ et _dot_ par .)
 
Rendez-vous en France :
 
Liberté pour Marc EMERY
Samedi 10 Septembre 2005
15h devant l'embassade du Canada
35, avenue Montaigne 75008 Paris
Metro : Franklin D. Roosevelt ou Alma Marceau
 
Pétition pour empecher l'extradition de Marc Emery vers les états unis
 
0 comments Read more... ›
Manifestation pour la légalisation de la marijuana
By Guest,
Des centaines de partisans de la marijuana se sont rassemblées dans le parc Queen's à Toronto juste derrière la législature provinciale, samedi, pour leur sixième rassemblement annuel.
 
Des rassemblements semblables se sont tenus ailleurs du pays et dans le monde.
 
Les organisateurs ont expliqué qu'ils voulaient sensibiliser le public sur les vertus du cannabis et les raisons pour lesquelles la consommation de marijuana devrait être légalisée au pays.
 
L'événement n'a donné lieu à aucun débordement et personne n'a été arrêté.
 
Source : radio-canada.ca
0 comments Read more... ›
CannaTrade 2005 La foire international du chanvre en Suisse (MàJ Photos)
By Guest,
2005 sera pour Canna Trade.ch l'occasion de fêter son cinquième anniversaire. Pour cette manifestation qui aura lieu en avril 2005, nous avons bien sûr de nouveau réservé le grand hall et nous sommes en train de mettre sur pied diverses activités. L'intensification de l'internationalité de la Canna Trade.ch sera aussi en 2005 l'une de nos principales missions.
 
https://www.cannatrade.ch/banner/2005/5thanniversary.jpg[/img]Ce qui était au départ un salon modeste dédié au chanvre est désormais une manifestation réputée dans le monde entier fédérant tout le secteur.
 
Organisée en 2004 dans le nouveau hall de 7000 m², la 4e édition de la foire internationale du chanvre Canna Trade.ch a été un succès total, avec 164 exposants originaires de 15 pays et plus de 14 000 visiteurs venus du monde entier, dont 900 professionnels inscrits. De plus, la foire a permis à 11 fédérations internationales venant d'Allemagne, de France, des Etats-Unis, d'Italie, de Pologne et de Suisse de présenter gratuitement leurs projets. Nous continuerons de soutenir cet important travail politique destiné à mettre en place un réseau international.
 
2005 sera pour Canna Trade.ch l'occasion de fêter son cinquième anniversaire. Pour cette manifestation qui aura lieu en avril 2005, nous avons bien sûr de nouveau réservé le grand hall et nous sommes en train de mettre sur pied diverses activités. L'intensification de l'internationalité de la Canna Trade.ch sera aussi en 2005 l'une de nos principales missions.
 
L'aspect " business " ne nous fait bien entendu pas oublier l'importance de l'ambiance : conviviale et familiale comme par le passé, favorisant les échanges personnels au travers des contacts professionnels.
 
Notre objectif déclaré est de faire de la Canna Trade.ch une manifestation encore plus attractive pour le réseau de nos amis. Le site Internet de la Canna Trade.ch est en développement continu et actualisé en permanence.
 
Quelques photos de la CannaTrade 2005
 


































 
Merci à Jomox pour le reportage
 
 
0 comments Read more... ›
Le cannabis admis pour lutter contre la douleur
By Guest,
En décembre 2003, les pharmaciens des Pays-Bas furent les premiers au monde à pouvoir légalement délivrer du cannabis, présenté en doses de 5 grammes, contre ordonnance médicale.
 
Délicate matière que le cannabis. Alors que, mardi, le ministre français de la Santé, Philippe Douste-Blazy, annonçait le lancement, en février, d'une campagne générale de prévention contre la consommation de cannabis, mercredi, le laboratoire pharmaceutique britannique GW Pharmaceuticals faisait état de tests cliniques positifs pour l'utilisation sur des patients atteints de cancers avancés du Sativex (comme Sativa, une variété de marijuana), premier médicament au monde contre la douleur à base de cannabis. S'il n'est pas encore commercialisé, le Sativex pourrait obtenir le feu vert des autorités sanitaires britannique et canadienne cette année, au vu des résultats des essais cliniques en phase III - la dernière avant la soumission d'un produit aux autorités sanitaires - réalisés sur 117 patients atteints de cancers à un stade avancé. Ces tests ont en effet montré que 40 pc des patients dont les douleurs n'étaient pas calmées par un opioïde existant, du type de la morphine, avaient ressenti une amélioration supérieure à 30 pc avec le Sativex.
 
Source : la libre
https://www.lalibre.be/pict_articles/pict_64338.jpg[/img]«Les patients inclus dans cet essai souffraient de douleurs intenses du fait de leur cancer, malgré la prise d'opioïdes forts, et leurs besoins cliniques étaient donc très élevés», a souligné Stephen Wright, directeur de la Recherche et du Développement de GW, qui s'est associé à l'allemand Bayer pour la commercialisation du produit. «Les résultats de cette importante étude démontrent encore le large potentiel du Sativex, non seulement pour les douleurs liées à la sclérose en plaques, mais aussi pour le cancer et d'autres douleurs chroniques», a-t-il ajouté.
 
Créée en 1998 pour mettre au point des médicaments à base de cannabis, la société avait obtenu en décembre dernier un «avis de conformité» de l'agence Santé Canada pour l'utilisation du Sativex dans le traitement de la douleur des patients atteints de sclérose en plaques.
 
Rappelons qu'en décembre 2003, les pharmaciens des Pays-Bas furent les premiers au monde à pouvoir légalement délivrer du cannabis, présenté en doses de 5 grammes, contre ordonnance médicale, pour adoucir les maux de patients souffrant de maladies graves ou incurables et pour lesquels aucun médicament ne s'était montré efficace. Etaient ici concernés les patients atteints de sclérose en plaques, malades traités en chimiothérapie, radiothérapie ou trithérapie, patients souffrant de désordres nerveux chroniques, et malades du cancer et du sida en soins palliatifs. Selon le ministère de la Santé néerlandais, le cannabis diminuerait les symptômes de raideurs pour les patients atteints de scléroses multiples. Elle aurait un impact favorable sur la perte d'appétit, ou apaiserait les douleurs ressenties lors de maladies nerveuses.
 
En Belgique, où l'usage de dérivés de cannabis pour le traitement de la douleur est également à l'étude, le ministre de la Santé, Rudy Demotte, nous avait à l'époque déclaré n'avoir aucune position de principe par rapport à la vente de ces médicaments.
 
© La Libre Belgique 2005
 
0 comments Read more... ›
Le Coffee pot de Montréal ferme ses portes
By Guest,
Le seul café montréalais qui permettait ouvertement la consommation de cannabis, le Coffee Pot de la rue Saint-Denis, a fermé ses portes.
 
Selon son propriétaire, l'établissement n'a pas fait long feu parce que les clients n'étaient tout simplement pas au rendez-vous.
 
Ce qui se voulait le plus grand établissement du genre au pays n'aura pas tenu deux mois. Le Coffee Pot avait besoin d'une centaine de clients par jour pour être rentable. Il en venait à peine une centaine par semaine.
 
Source : LCN
https://lcn.canoe.com/archives/lcn/infos/regional/media/2005/01/20050114-195859-g.jpg[/img]«Les gens avaient peur, ils craignaient d'être arrêtés», affirme David MacKenzie, ex-propriétaire du Coffee Pot.
 
David MacKenzie est amer et ironise sur la réputation de ville cool de Montréal. En attendant de trouver un autre local, beaucoup plus petit, pour repartir à neuf, il s'occupe de sa boutique.
 
S'il en veut au public qui l'a laissé tomber, il n'a que de bons mots pour les policiers qui l'ont laissé tranquille. En fait, la seule personne mise à l'amende dans son commerce, en deux mois d'opération, c'est son cuisinier, parce qu'il fumait un joint en préparant ses plats, une dérogation à l'hygiène.
 
Ce qui était donc un «café pot» est devenu maintenant un «café jazz». La rapidité avec laquelle s'est faite la transaction démontre à quel point le propriétaire de l'édifice appréciait peu la présence d'un commerce axé sur le cannabis.
 
Boris St-Maurice, ex-chef du Bloc Pot, croit de son côté que la pression policière a fait son œuvre sur la clientèle potentielle d'un tel commerce.
0 comments Read more... ›
Magasins du chanvre : dérive totalitaire de la police cantonale de Neuchâtel
By Guest,
Il est des pays où les oukases de la police et des juges ont valeur de lois. Il est des pays ou la loi restreint la liberté d’expression et de militantisme. Il est des pays où le chanvre est interdit sous toutes ses formes. La Suisse n’est pas de ces pays mais des responsables du canton de Neuchâtel veulent soumettre leurs concitoyens à une politique d’exception, bien loin de la conception commune de l’Etat de droit. Dans un courrier souvent incohérent et mal renseigné, l’adjoint du commandant de la police cantonale, d’entente avec le Ministère public, a signifié aux propriétaires des magasins du chanvre locaux les multiples interdictions qu’ils doivent observer à partir du 1er janvier 2005. En contradiction flagrante avec de nombreuses législations fédérales et en dépit du bon sens, les autorités répressives neuchâteloises dictent la loi selon leur bon plaisir. Elles prétendent enfermer le chanvre dans un carcan bien plus strict qu’en France ou même aux USA. Intolérable !
 
Source : chanvre-info.ch
A se conformer à cet abus de pouvoir, il serait interdit de faire commerce de plantes, graines, tisanes indépendamment de leurs taux de THC. D’une, la plante n’est interdite que si un stupéfiant en est extrait (cf. Cannabis, état des lieux en suisse, ISPA, 2004). Deuxièmement, il existe des normes légales fédérales pour les produits alimentaires à base de chanvre, les produits conformes ne peuvent être interdits localement. Enfin, la graine de chanvre ne contient pas de THC et constitue la source d’oméga 3 et 6 la plus équilibrée et la plus facile à produire biologiquement dans notre pays. Quid de l’huile de chènevis ou de l’huile essentielle ? Interdites aussi malgré leurs multiples vertus ? A noter que cette longue liste des produits que l’on pourrait infuser ou fumiger se termine par les engrais et cetera. Qui aurait l’idée de fumer du Wuxall ou du terreau, en vente libre dans toutes les Migros et les Do it ?
 
Ordre est donné d’ôter des affiches politiques ou artistiques considérées comme une incitation à la consommation. La loi suisse ne comporte pas de restriction de la liberté d’expression politique ou artistique en matière de chanvre. Neuchâtel n’est pas en France. Quant à la vente d’accessoires pour fumeurs, comment interdire ce qu’on peut acheter dans un tabac traditionnel comme les pipes ou le papier à rouler ? Les shilums, les pipes à eau et surtout les vaporisateurs sont des dispositifs destinés à réduire les risques liés à la fumée. Cette interdiction est en totale contradiction avec les recommandation de l’ISPA sur la prévention.
 
La police et la justice neuchâteloises prétendent faire une interprétation stricte des dispositions de la Lstup. En réalité, ils tentent de transformer des phantasmes sécuritaires en réalité juridique. Un régime politique qui laisse le répressif dicter la loi et l’appliquer à sa guise tend vers le totalitarisme. Nous n’accepterons pas cette restriction à la liberté de commerce, ni le manque à gagner qu’entraînerait l’impossibilité de vendre ces produits alimentaires de grande qualité et absolument légaux. Pas plus que nous n’accepterons la limitation de notre droit à réclamer la modification de la loi en vigueur sur le chanvre. Nous allons donc informer au mieux la population de cette dérive et faire tous les recours possibles pour que cesse cette violation de nos droits fondamentaux.
 
0 comments Read more... ›

867 articles in this category